Le pouvoir d'achat des ménages algériens ne cesse de s'éroder. Tous les clignotants sont au rouge. La hausse des prix, notamment ceux des produits de première nécessité, a influé sensiblement sur le revenu des travailleurs algériens. Syndicats, économistes et patrons d'entreprises appellent les pouvoirs publics à revoir leur politique économique et plaident en faveur d'un « pouvoir d'achat stable et fort ».

Alors que le Parlement vient de voter le Plan d'action du Gouvernement dirigé par Aïmene Benabderrahmane, le 16 septembre dernier, avec comme objectif majeur « la relance économique », le président de la Confédération algérienne du patronat-citoyen (CAPC), Sami Agli, plaide en urgence pour « l'amélioration du pouvoir d'achat » des Algériens.

Le pouvoir d'achat des Algériens « a pris un sérieux coup », selon le président de la CAPC

Invité ce samedi 19 septembre dans une émission de la Radio algérienne, Sami Agli a déclaré que « le pouvoir d’achat des Algériens qui a pris un sérieux coup durant ces dernières années doit être réévalué pour relancer la consommation et par conséquent la machine économique ». « On ne peut relancer l’économie sans un pouvoir d’achat stable et fort », tranche-t-il.

Au sujet des entreprises en difficulté, le responsable de la CAPC plaide en faveur du « déblocage des projets d’investissements, d’une lutte conséquente contre la bureaucratie, d’un système bancaire plus souple et d’une bonification des taux d’intérêt notamment dans cette période de crise sanitaire et économique ».

À lire aussi :  Comment l'Algérie peut capter l'argent de l'informel : la solution du ministre des Finance

Les Algériens attendent « ce renouveau économique »

Revenant sur le « plan de la relance économique » présenté par le gouvernement d’Aïmene Benabderrahmane, le primer responsable de l’ex Forum des Chefs d’entreprises (FCE) a qualifié ce plan de celui de la « dernière chance » pour la relance de l’économie algérienne. « Tout le monde est dans une réelle attente de ce renouveau économique qui n’est pas un choix mais une obligation pour pouvoir avancer », a-t-il déclaré.

Avec plus d'« un million d’emplois » perdus et un nombre inquiétant d’entreprises en difficulté, l’économie nationale nécessite « une relance urgente », recommande le chef de le CAPC, qui insiste particulièrement sur « la nécessité de commencer préalablement par un diagnostic réel de l’entreprise et de l’économie d’une manière générale » afin de trouver les mécanismes adéquats à ce renouveau économique.

Vidéo Radio Algérienne : Sami Agli commente le plan de relance économique du gouvernement algérien