À l'instar de nombreux pays européens, l’Angleterre fait face à une crise de main-d’œuvre sans précédent. Depuis le Berxit, les entreprises anglaises se retrouvent face à une pénurie de travailleurs dans plusieurs secteurs d’activités. Devant cette situation, le gouvernement britannique a décidé d’ouvrir l’accès aux travailleurs étranges en accordant dans l’immédiat plus de 10'000 visas de travail.


L’Angleterre fait, en effet, face à une pénurie de main-d’œuvre. Les secteurs qui souffrent le plus sont ceux des chauffeurs routiers, mais aussi ceux qui embauchent du personnel dans des secteurs clés de l’économie britannique, comme les élevages de volailles.

Face à cette situation, le gouvernement britannique a décidé d’accorder jusqu’à 10'500 visas temporaires, dans le but d’endiguer la pénurie de main-d’œuvre subie. Ce permis, d’une durée de trois mois, sera proposé, selon une dépêche de l’AFP de ce dimanche 26 septembre, entre octobre et décembre.

Ces visas de travail de 3 mois seront proposés entre octobre et décembre

Outre ces visas de travail, d’autres mesures exceptionnelles doivent permettre d’assurer l’approvisionnement avant les fêtes de Noël, a expliqué le secrétaire aux Transports Grant Shapps. Les examinateurs du ministère de la Défense seront mobilisés pour faire passer des milliers de permis poids lourds dans les semaines qui viennent.

À lire aussi :  Restriction des visas : le sentiment anti-français des Nord-Africains s'accentue

L’Angleterre a besoin de 100'000 chauffeurs routiers

Pendant des mois, le gouvernement a essayé d’éviter d’en arriver là, malgré les avertissements de nombreux secteurs économiques et le manque estimé de 100'000 chauffeurs routiers.

Des usines, des restaurants, des supermarchés anglais sont affectés par le manque de chauffeurs routiers depuis des semaines, voire des mois.

Le groupe de produits surgelés Iceland et la compagnie de vente au détail Tesco ont mis en garde contre des pénuries à l’approche de Noël. La chaîne de restauration rapide McDonald’s s’est trouvée en rupture de milkshakes et de boissons le mois dernier. Son concurrent KFC a été contraint de retirer des articles de son menu, tandis que la chaîne Nando’s a fermé provisoirement des douzaines de restaurants faute de poulets.