Une première dans les annales de la justice française. Un ancien président de la République est condamné à la prison ferme pour une affaire liée au financement occulte d'une campagne électorale. En effet, Nicolas Sarkozy, ancien locataire de l’Elysée, a été déclaré coupable de financement illégal de sa campagne présidentielle de 2012. La justice l’a condamné ce jeudi 30 septembre à une année de prison ferme.

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce jeudi 30 septembre l’ex-président Nicolas Sarkozy à un an de prison ferme pour « financement illégal de campagne » dans l’affaire des dépenses excessives de sa campagne présidentielle de 2012, appelée affaire Bygmalion.

La peine sera directement aménagée en bracelet électronique, a précisé le tribunal. L’avocat de Nicolas Sarkozy a immédiatement annoncé qu’il fait appel de la décision.

L’ancien président, qui n’a pas assisté au délibéré, « a poursuivi l’organisation de meetings », après avoir été « averti par écrit du risque de dépassement » du plafond légal, a dit la présidente. « Ce n’était pas sa première campagne, il avait une expérience de candidat », a poursuivi la magistrate.

Sarkozy est poursuivi pour financement illégal de sa campagne électorale

Le parquet avait requis contre Nicolas Sarkozy un an de prison, dont six mois avec sursis. Lui a toujours nié avoir bénéficié de la fraude, disposant de moyens bien supérieurs à ceux que la loi autorisait ; au moins 42,8 millions au total, soit près du double du plafond légal à l’époque.

À lire aussi :  Marine Le Pen demande la fermeture de plus de mosquées

La présidente de la 11e chambre correctionnelle de Paris, Caroline Viguier, poursuivait la lecture de son jugement, avant de prononcer les peines à l’encontre de l’ancien président et des 13 personnes qui ont comparu à ses côtés, tous également déclarés coupables de complicité de financement illégal de campagne électorale.

Déjà condamné en mars dernier à de la prison ferme – trois ans dont un ferme - pour corruption et trafic d’influence, dans l’affaire dite « des écoutes », l’ancien président Nicolas Sarkozy a fait appel du verdict.