Le phénomène du trafic de voitures prend de plus en plus d’ampleur en Algérie. Plusieurs réseaux ont été démantelés par les services de sécurité, et souvent des cadres de l’État, censés être au-dessus de tout soupçon, se retrouvent impliqués dans ces réseaux criminels, aux dimensions internationales.

C’est d’ailleurs le cas avec cette affaire de trafic de voitures volées en Europe, et acheminées vers l’Algérie. Ce réseau a été démantelé le 29 septembre, des cadres exerçants au niveau de deux ports algériens se retrouvent impliqués dans ce trafic.

Un réseau de trafic international de voitures volées en Europe et acheminées en Algérie démantelé

En effet, « les services de Gendarmerie nationale sont parvenus à démanteler un réseau criminel spécialisé dans le trafic international de voitures volées en Europe et leur acheminement vers l'Algérie, et à arrêter le principal suspect de cette affaire et ses acolytes, qui sont des cadres aux ports d'Alger et de Skikda », a indiqué ce mercredi 29 septembre, un communiqué du même corps sécuritaire repris par l’APS.

Des cadres exerçants aux ports d’Alger et de Skikda impliqués dans ce réseau de trafic de voitures

Les membres de ce réseau « faisaient entrer en Algérie des voitures de luxe volées dans des pays européens, via les ports de Skikda et d'Alger, après falsification de leurs numéros de série et de leurs dossiers de base, avec la complicité de cadres aux ports de Skikda et d'Alger », a expliqué la même source.

À lire aussi :  Affaire Future Gate : Voici le sort de Numidia Lezoul et des autres influenceurs

Le principal suspect, un binational, « a été arrêté à Bochegouf, relevant de la wilaya de Guelma à l’est d’Alger, à bord d'un 4X4 haut de gamme, objet d'une enquête d'Interpol », précise-t-on.

Cinq voitures de luxe volées en Europe saisies en Algérie

Les enquêtes ont également permis « la saisie de quatre autres voitures de luxe qui avaient été volées auparavant en Italie, aux Pays-Bas et en France et étaient recherchées. Elles ont été introduites dans le territoire national de la même manière », et « deux cadres ont été arrêtés aux ports d'Alger et un cadre au port de Skikda ».

Les mis en cause ont été « présentés devant le tribunal de Bouchegouf, qui a ordonné leur mise sous mandat de dépôt dans l'établissement pénitentiaire de Bouchegouf », conclut le communiqué de la Gendarmerie nationale.