Le journaliste Rabah Karèche, correspondant du quotidien Liberté à Tamanrasset, quittera la prison la semaine prochaine ; plus précisément le 19 octobre. C’est ce qui ressort du verdict rendu, ce lundi 11 octobre, après son procès en appel qui s’est tenu la semaine dernière.

En effet, le détenu Rabah Karèche, journaliste du quotidien Liberté, a été condamné à une année de prison dont six mois fermes. Arrêté le 19 avril 2021 par des éléments de la gendarmerie, il va donc purger sa peine le 19 octobre prochain et quitter la prison de la capitale du Hoggar.

Lors de son procès en appel tenu le 4 octobre, le procureur de la République a requis la peine de 18 mois de prison à l’encontre du journaliste. Et ce, même si les témoins dans l’affaire, des notables de la région de Tamanrasset entre autres, ont tous défendu le prévenu.

Selon une publication du Comité national pour la libération des détenus (CNLD), Rabah Karèche était poursuivi pour création d’un compte électronique consacré à la diffusion d’informations susceptibles de provoquer la ségrégation et la haine dans la société, diffusion volontaire de fausses informations susceptibles d’attenter à l’ordre public et usage de divers moyens pour porter atteinte à la sûreté et l’unité nationale.

Il faut dire que cette question de compte électronique a toujours été contestée par la défense du journaliste. L’accusation l’a poursuivi pour des écrits sur les réseaux sociaux, mais la défense croit dur comme fer que Rabah Karèche est poursuivi pour ses écrits sur Liberté. Particulièrement, des articles sur des manifestations de la population locale contre le récent découpage administratif qui lèse la population de la localité de Tazrout, selon les accusations de la population locale.