Le président français Emmanuel Macron a reconnu hier samedi 16 octobre 2021 « les crimes » de la police française lors des évènements du 17 octobre 2021. C'était lors de la cérémonie officielle entrant dans le cadre de la commémoration de ces massacres qui ont fait plus de 200 morts et plusieurs centaines de blessés parmi les manifestants algériens sortis ce jour-là à Paris pour réclamer leur indépendance.  

Comme annoncé par l'Élysée vendredi 15 octobre, Emmanuel Macron a été présent à la cérémonie de commémoration des évènements du 17 octobre 1961, qui s'est tenue sur les berges de la Seine, à la hauteur du pont de Bezons, à Paris.

Le président français a déposé à l'occasion une gerbe de fleurs et a observé une minute de silence à la mémoire des victimes de ces massacres. Macron n'a pas prononcé de discours. Un communiqué de l'Élysée a été toutefois été distribué à l'issue de cette cérémonie.

« La France regarde toute son Histoire avec lucidité et reconnaît les responsabilités »

Dans ledit communiqué, il est indiqué que le président de la République « a reconnu les faits : les crimes commis cette nuit-là sous l'autorité de Maurice Papon sont inexcusables pour la République ». Ajoutant que « la France regarde toute son Histoire avec lucidité et reconnaît les responsabilités clairement établies. Elle le doit d’abord et avant tout à elle-même, à toutes celles et ceux que la guerre d’Algérie et son cortège de crimes commis de tous côtés ont meurtris dans leur chair et dans leur âme », peut-on en effet lire dans ce même communiqué, dont les propos ont été relayés par la presse française.

À lire aussi :  Réduction du nombre visas pour les Algériens : Un député français s’insurge

« Près de 12 000 Algériens furent arrêtés et transférés dans des centres de tri au stade de Coubertin, au Palais des sports et dans d'autres lieux. Outre de nombreux blessés, plusieurs dizaines furent tués, leurs corps jetés dans la Seine. De nombreuses familles n'ont jamais retrouvé la dépouille de leurs proches, disparus cette nuit-là », a rappelé encore la présidence française dans son communiqué.