De plus en plus plébiscités par les sondages politiques en France, le polémiste Éric Zemmour, probable candidat à la présidentielle de 2022, a aussi le vent en poupe sur le plan éditorial. Son dernier livre « La France n’a pas dit son dernier mot » caracole en tête des ventes dans les libraires en France.

Toutefois, le « succès » du polémiste français risque d’être perturbé par une nouvelle affaire qui pourrait le mener devant la justice. En effet, un éditeur marocain a décidé de porter plainte contre Éric Zemmour pour « plagiat ».

« Éric Zemmour a lancé, depuis le 1er septembre dernier, un site web www.croiséedeschemins-ez.fr, pour la promotion de son nouvel ouvrage « La France n’a pas dit son dernier mot », alors que la maison d’édition casablancaise “La Croisée des Chemins” existe depuis quarante années déjà et dont la ligne éditoriale repose sur le vivre ensemble, la tolérance » affirme l’éditeur Abdelkader Retnani, le 12 octobre dans un entretien au quotidien marocain l’Opinion.

Éric Zemmour attaqué en justice par un éditeur marocain

« J’ai réagi en déposant une plainte, il y a deux semaines, auprès de la Justice française, en vue d’éclairer l’opinion publique française et internationale et expliquer ma position vis-à-vis de cet individu », précise-t-il.
« Clairement, je pense que cet individu est raciste et fasciste. En tant que Marocain, éditeur, connu sur la place publique pour mes idées, mon combat pour le vivre ensemble, la tolérance, et pour comprendre l’autre, il est impossible que je partage ses idées. Je ne veux pas que le nom de la maison d’édition soit lié à une personne qui veut faire expulser tous les musulmans et Arabes », ajoute l’éditeur marocain.

À lire aussi :  Le Québec lance les inscriptions pour le recrutement des infirmiers algériens

Questionné par le même quotidien à propos des suites qu’il attend de cette affaire et surtout ce qu’il attend de la justice française, l’éditeur Abdelkader Retnani s’est montré prudent non sans préciser qu’il compte continuer son combat contre le polémiste Éric Zemmour.

« Je ne peux pas me prononcer sur la suite, qui est suivie par mon avocat. Nous continuerons notre combat jusqu’à ce que la Justice se prononce. J’ai déposé la plainte il y a à peine deux semaines. La procédure est longue, mais on fait confiance à la Justice française pour éviter l’amalgame qu’il y a. C’est la première fois que je rencontre ce genre d’incidents », affirme-t-il.