La police française a failli évacuer, mercredi 20 octobre, le trottoir où se trouve l'agence d'Algérie Ferries à Lyon, et où s'étaient agglutinées des centaines de ressortissants algériens désireux d'acheter des billets vers l'Algérie. Selon le député de l'émigration Tawfiq Khedim, la police se préparait à évacuer les lieux.

En effet, le membre de l'APN, représentant des Algériens de la partie sud de la France, a publié mercredi sur sa page Facebook un court compte-rendu de la journée qu'il a dit avoir passée devant et à l'intérieur de l'agence d'Algérie Ferries à Lyon.

Dans cette publication, il a fait savoir que le souci avec le système de réservation ayant perturbé la reprise lundi dernier a été résolu. Ce qui a permis à des dizaines de membres de la diaspora de réserver leurs billets. En fait, la panne qui a touché le système de réservation a carrément empêché les ressortissants algériens de la région lyonnaise de s'offrir les billets qui leur ouvriraient le chemin d'un séjour en Algérie.

La police française prête à intervenir au niveau de l'agence d'Algérie Ferries à Lyon

Le parlementaire n'a pas manqué de signaler les troubles qui ont failli éclater sur les lieux et qui ont failli faire intervenir la police française mobilisée à l'occasion de la réouverture des agences d'Algérie Ferries. La presse française était également présente sur les lieux.

À lire aussi :  France-Algérie : Prix des vols en septembre 2022 avec Transavia

« Merci aux employés de l'agence qui ont accepté notre proposition de maintenir l'agence ouverture, après qu'un ordre de fermeture fut donné en raison de certains troubles. Cela a empêché la presse étrangère présente de prendre des images déshonorantes pour le pays des Chouhada, et ce qui a surtout éloigné la police qui s'apprêtait à évacuer les lieux », a en effet indiqué Tawfiq Khedim.