Le phénomène de la fugue des athlètes lors des compétitions internationales organisées à l’étranger n’est pas nouveau. En effet, ce procédé a souvent donné l'espoir à certains sportifs d'espérer obtenir une « migration sportive » faute de pouvoir le faire d’une manière classique. C’est ce qu’ont fait deux athlètes marocains qui ont décidé de fausser compagnie à leur sélection nationale, à l’occasion d’une compétition organisée actuellement en Serbie.

Partis en Serbie avec leur sélection nationale pour participer au Championnat du monde de Lutte de la catégorie U23, qui a débuté le 1er novembre à Belgrade, deux lutteurs marocains ont décidé de prendre la tangente et fausser compagnie à la délégation de leur pays, dès leur arrivée en Europe de l’Est. C’est le site marocain AlmarssadSport, qui a divulgué l’information, en affirmant qu’il s’agit de deux lutteurs de la sélection marocaine, Mustapha Afiraw et Abdelalli El Felaqui, qui évoluent au sein du club des Forces armées royales (FAR).

La même source a révélé également que « suite à la fugue des deux lutteurs de la sélection U23 en Serbie, la Fédération royale marocaine des luttes associées, a refusé le voyage  pour trois autres athlètes, Sofiane Kabil, Abdelwahed Badri et Rabie Rekani,  qui devaient participer à ce championnat de peur de voir le scénario de la fugue se répéter ».

À lire aussi :  L'entraîneur du Maroc, Vahid Halilhodžić, démis de ses fonctions

Pour sa part, Fouad Meskout, président de la Fédération royale marocaine des luttes associées, tout en confirmant l’information de la fugue des deux athlètes en question en Serbie, a déclaré ce mardi 2 novembre au site Le360 que « derrière ces cas répétitifs de fuite des sportifs marocains en Europe, se cache un réseau de traite des êtres humains ». Le président la Fédération marocaine fait certainement allusion à l’affaire des trois joueurs de la sélection marocaine de volley-ball, qui ont décidé de prendre la fuite en septembre dernier lors de leur voyage à Milan en Italie, pour participer avec leur sélection nationale au Championnat du monde U21.

Ces footballeurs algériens qui rejoignent l'Europe en harraga

Il faut reconnaître que le phénomène de la fuite des sportifs ne concerne pas uniquement le Maroc, et le phénomène peut malheureusement prendre encore des proportions alarmantes comme cela s’est passé récemment avec ce footballeur algérien qui a décidé de quitter l’Algérie, à bord d’une embarcation de fortune en direction de l’Espagne.

Il s’agit de Ramzi Boussiala, né en 1997, un ancien joueur professionnel au sein de l’USM El Harrach, qui avait décidé, en août dernier, de prendre la mer en compagnie d’une dizaine d’autres harraga algérien, et qui a réussi à atteindre les côtes espagnoles. Toutefois, si le jeune Ramzi, a pu réaliser son « projet » ce n’est malheureusement pas le cas pour l’autre footballeur algérien qui avait tenté lui aussi l’aventure de la harga. En effet, le 16 octobre dernier, Sid Ali Boukabous, un ancien joueur du CR Belouizdad, avait décidé de prendre la mer en compagnie d’autres harraga algériens, avant que leur embarcation de fortune ne chavire au milieu de la mer.

À lire aussi :  Karim Benzema 2e meilleur buteur du Real Madrid, derrière Cristiano Ronaldo

Les éléments des gardes côtes algérienne ont réussi à sauver 13 harraga parmi les occupants de la barque alors que le footballeur Sid Ali Boukabous ne figure ni parmi les harraga secourus ni encore parmi les quatre victimes repêchées. À ce jour, le sort du jeune footballeur est toujours inconnu.