Cherté des billets d'avion : Le Premier ministre ordonne une enquête

Billet d'avion tenu par un voyageur à l'aéroport

Le Premier ministre Aïmene Benabderrahmane a annoncé, mercredi 9 novembre 2021, l'ouverture d'une enquête concernant la cherté des billets d'avion sur la ligne Alger-Paris. Intervenant au deuxième jour des travaux de la Conférence des chefs des missions diplomatiques et consulaires algériennes, organisée au Palais des Nations au Club des Pins (Alger), le chef de l'exécutif a affirmé que les prix pratiquées sont excessivement chers. 

Les prix des billets d'avion ne cessent d'alimenter les débats depuis la reprise des vols. La diaspora algérienne et ses représentants parmi les députés siégeant à l'Assemblée populaire nationale (APN) ont multiplié les appels pour dénoncer le coût « exorbitant » du voyage, notamment entre l'Algérie et la France. Ces cris n'ont décidemment pas été vains, puisque les autorités algériennes semblent se saisir du dossier afin de trouver une solution définitive. Ce problème a en effet été exposé à l'occasion des travaux de la Conférence des chefs des missions diplomatiques et consulaires algériennes qui se tiennent au Palais des Nations au Club des Pins.

Le prix d'un billet d'avion à 750 euros est « exagéré »

C'est l'ambassadeur d'Algérie en France, Antar Daoud, qui a soulevé la question en interpellant le Premier ministre. Il préconisé l'ouverture d'une enquête car, a-t-il estimé, les prix des billets entre l'Algérie et la France sont trop élevés. Selon des sources médiatiques concordantes, le Premier ministre a répondu favorablement à la doléance du diplomate. Aïmene Benabderrahmane a ainsi annoncé pour la circonstance l'ouverture d'une enquête afin de déterminer les raisons de la hausse vertigineuse des billets d'avion sur cette ligne Alger-Paris. « Le prix d’un billet à 750 euros est exagéré. Les résultats de l’enquête détermineront les raisons. Des décisions seront prises pour en finir immédiatement avec ce problème », a déclaré le Premier ministre, selon des sources médiatiques.

Retour en haut
Share via
Copy link