L'ambassadeur d'Algérie en France, Mohamed Antar Daoud, a appelé, le jeudi 14 octobre 2021, la communauté algérienne établie en France à intervenir dans la scène politique française. L'appel a été lancé lors du Forum d'El Moudjahid consacré à la commémoration des massacres du 17 octobre 1961.

Rappelé « pour consultations » suite aux dernières déclarations du président français Emmanuel Macron sur l'Algérie et le régime algérien, l'ambassadeur d'Alger à Paris a fait sa première apparition publique le jeudi 14 octobre 2021. C'était à l'occasion du Forum d'El Moudjahid consacré à la commémoration des massacres du 17 octobre 1961.

Dans son intervention, Mohamed Antar Daoud n'a pas évoqué le sujet. Il a surtout parlé de la diaspora algérienne établie en France. Une communauté qu'il a tarie d'éloges et qu'il a appelée à s'investir davantage dans de différents domaines même au niveau de la politique française.

« Il est inadmissible que l'Algérie qui possède la plus grande communauté étrangère en France, avec 18 consulats, ne puisse pas constituer un levier de commande pour intervenir non seulement dans la politique algérienne, mais (aussi) au niveau de la politique française », a déclaré en effet l'ambassadeur dont les propos ont été rapportés par l'agence officielle APS.

La diaspora appelée à investir en Algérie

Ce dernier a par ailleurs invité la communauté algérienne établie en France à venir investir en Algérie. Car pour lui, cela peut constituer un atout non négligeable pour l'économie algérienne. Pour ce faire, l'ambassadeur d'Alger à Paris a appelé les autorités algériennes à leur faciliter la tâche en levant notamment les différentes entraves bureaucratiques auxquelles ils sont confrontés.

À lire aussi :  Visites et gestes diplomatiques : L'Occident veut s'assurer les faveurs d'Alger

« Je dis que la double, la triple ou la quadruple nationalité doit constituer un atout pour les Algériens [...]. Et il nous appartient de faire en sorte que ceux qui veulent investir en Algérie ne soient pas confrontés à un parcours du combattant », a souligné Mohamed Antar Daoud. Celui-ci a appelé en effet à « dénoncer la bureaucratie à tous les niveaux ».