Après une longue période de disette due principalement à la chute des prix des hydrocarbures conjuguée avec la crise sanitaire, l'Algérie renoue avec la croissance économique. En effet, selon les chiffres de l’Office national des statistiques (ONS), rapportés par l'APS ce lundi 15 novembre, la croissance économique de l'Algérie a atteint 6,4 % au 2e trimestre 2021 par rapport à la même période de l'année dernière.

Ainsi, le Produit Intérieur Brut (PIB) a rebondi au 2e trimestre 2021, enregistrant « une hausse conséquente » de 6,4 % par rapport à la même période de l’année 2020. Cette hausse parvient après une baisse conséquente de l'activité économique en Algérie. Cette reprise économique est due principalement à la hausse des prix des hydrocarbures avec une croissance de 11 %, la reprise de l'activité industrielle avec une croissance de 9,3 % ainsi que celle du Bâtiment-Travaux Publics et Hydrauliques (BTPH), y compris les services et travaux publics pétroliers (STPP), avec une hausse de 13,7 %, et les Services Marchands avec 10,2 %.

D'après l'ONS, les taux de croissance du PIB hors hydrocarbures a été de 6,1 %, alors que le taux du PIB hors agriculture a affiché une hausse de 7,5 % durant le second trimestre 2021 et par rapport à la même période de l’année dernière. L'ONS précise qu'en valeurs courantes, le PIB du deuxième trimestre 2021 a enregistré une croissance de 27,3 % contre une baisse de 17 % durant la même période de l’année précédente à la suite d'une évolution du niveau général des prix de 19,6 % conjuguée à une croissance positive en volume de 6,4 %.

À lire aussi :  Espagne : Le tourisme et l'industrie de la céramique lourdement impactés par la perte du marché algérien

Hausse de la croissance et de l'inflation en Algérie

L'organisme de statistiques révèle par ailleurs que la demande finale totale est en hausse de 5,9 %, du fait, notamment, de l’augmentation du volume des exportations de biens et services de 10,2 % et de la consommation finale des ménages, qui a affiché une croissance « remarquable » de 7,1 %. La demande intérieure (PIB + importations de biens et services – exportations de biens et services) en volume a évolué également à un rythme positif de 5,6 % par rapport au deuxième trimestre 2020, selon la même source.

Il faut signaler que parallèlement à cette croissance linflation moyenne en Algérie est passée de +2,25 % à fin juin 2020 à +5,66 % à fin juin 2021, soit une hausse de 3,4 points de pourcentage, selon les chiffres annoncés par le Premier ministre et ministre des Finances Aïmene Benabderrahmane lors de la présentation du projet de loi de finances 2022 (PLF 2022) devant les députés de l'Assemblée populaire nationale.