L'apport de la diaspora en devise à son pays d'origine est souvent déterminant dans la croissance économique des pays émergeants, estiment les spécialistes. Durant l'année 2021, le volume des transferts de fond par les émigrés vers leurs pays a connu une hausse significative, selon les chiffres de la Banque Mondiale. Dans la région du Maghreb, c'est la diaspora marocaine qui occupe la premiÚre place en matiÚre de transferts de fonts, trÚs loin devant les Tunisiens et les Algériens.

La derniĂšre note d’information de la Banque mondiale sur les migrations et le dĂ©veloppement, publiĂ©e le 17 novembre, rĂ©vĂšle en effet que les envois de fonds par les Ă©migrĂ©s vers les pays Ă  revenu faible et intermĂ©diaire « devraient connaĂźtre une forte augmentation de 7,3 % et s’élever Ă  589 milliards de dollars en 2021 ».

Selon la BM, cette augmentation, qui « est supĂ©rieure aux prĂ©visions antĂ©rieures », confirme « la robustesse des flux dĂ©jĂ  observĂ©e en 2020 », quand « les remises migratoires estimĂ©s Ă  549 milliards n’ont baissĂ© que de 1,7 % en dĂ©pit de la grave rĂ©cession mondiale provoquĂ©e par pandĂ©mie de Covid-19 ».

Les transferts de fond des migrants ont connu une hausse en 2021 Ă  travers le monde, selon la Banque Mondiale

Dans son rapport sur le transfert de fonds liĂ© aux migrations, intitulĂ© « La crise de covid-19 Ă  travers le prisme de la migration », la Banque Mondiale a donnĂ© les dĂ©tails sur l’ensemble des opĂ©rations de transferts d’argent effectuĂ©s par les migrants Ă  travers le monde vers leurs pays d’origine. L’institution financiĂšre a surtout tenu Ă  prĂ©ciser que les envois de fonds par les migrants « sont dĂ©sormais plus de trois fois supĂ©rieurs Ă  l'aide publique au dĂ©veloppement » et, hors Chine, « plus de 50 % supĂ©rieurs aux investissements directs Ă©trangers ». Un signe de « l'importance des envois de fonds dans le lissage de la consommation dans les pays bĂ©nĂ©ficiaires pendant les pĂ©riodes de difficultĂ©s Ă©conomiques », fait remarquer la BM.

Selon la Banque mondiale, les envois de fond par les migrants au cours de l’annĂ©e 2021 ont enregistrĂ© une forte progression dans la plupart des rĂ©gions par rapport Ă  l’annĂ©e 2020 : Une augmentation de 21,6 % en AmĂ©rique latine et dans les CaraĂŻbes, de 9,7 % au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, de 8 % en Asie du Sud, de 6,2 % en Afrique subsaharienne et de 5,3 % en Europe et en Asie centrale. En Asie de l’Est et dans le Pacifique, les envois de fonds ont en revanche diminuĂ© de 3,8 %. « Mais si l’on exclut la Chine, la rĂ©gion enregistre une hausse de 1,7 % », prĂ©cise la note de la BM.

L'émigré marocain est plus généreux en matiÚre de transfert d'argent que le Tunisien et l'Algérien

À propos du Moyen-Orient et l'Afrique du Nord (MENA), la Banque Mondiale a affirmĂ© que les transferts de fond par les migrants de cette rĂ©gion « devraient augmenter d’environ 9,7 % en 2021 pour atteindre 62 milliards de dollars ». La BM explique cette hausse par « le retour Ă  la croissance dans les pays d’accueil de l’Union europĂ©enne et Ă  la flambĂ©e des prix mondiaux du pĂ©trole qui a eu un impact positif sur les pays du Golfe ».

Dans le dĂ©tail, la Banque Mondiale a indiquĂ© que c'est l'Égypte qui a connu une forte hausse dans la rĂ©gion MENA, avec des envois en 2021 estimĂ©s Ă  33 milliards de dollars, soit une hausse de 12,6 %. Suivie par le Maroc avec 9,3 milliards de dollars de fonds transfĂ©rĂ©s par la diaspora marocaine vers son pays en 2021, ce qui reprĂ©sente une hausse de 25 % par rapport Ă  2021.

Concernant les deux autres pays du Maghreb, la Banque Mondiale a indiquĂ© que les transferts des migrants tunisiens sont de l’ordre de 2,2 milliards de dollars, et ceux de la diaspora algĂ©rienne sont estimĂ©s Ă  1,8 milliards, soit un bond de 15,2 % pour les deux pays par rapport Ă  l’annĂ©e derniĂšre.

En matiĂšre de l’apport des transferts de la diaspora pour le produit intĂ©rieur brut (PIB) des trois pays maghrĂ©bins, l’apport des marocains est estimĂ© par la Banque mondiale pour l’annĂ©e en cours, Ă  7,4 % devant la Tunisie (5,1 %) et l’AlgĂ©rie (1,1 %).