La compagnie aérienne low-cost EasyJet a décidé de suspendre ses vols vers le Maroc à partir de la France. Les raisons de cette suspension soudaine seraient liées aux nouvelles mesures prises par le royaume dans sa lutte contre le Covid-19.

Les nouvelles conditions d'entrée au Maroc sont entrées en vigueur le jeudi 18 novembre 2021, et la compagnie low-cost EasyJet s'est contentée d'annoncer la suspension de ses vols entre l'Hexagone et le royaume chérifien. Cette suspension s'étalera sur 5 jours seulement, à savoir du 25 au 30 novembre. Elle n'explique pas les raisons exactes de cette décision, mais la presse marocaine, qui a rapporté l'information, semble avoir compris.

En effet, selon certains médias, les nouvelles mesures prises par les autorités marocaines n'arrangent pas la compagnie low-cost EasyJet. Particulièrement celle qui consiste à refouler tous les passagers contrôlés positifs à leur arrivée sur le territoire marocain. C'est l'un des aspects les plus controversés de cette dernière mise à jour des conditions d'entrée au Maroc.

EasyJet est une compagnie low-cost et ne peut prendre le risque de voir des voyageurs refoulés à leur arrivée dans un aéroport marocain. Surtout que c'est la compagnie elle-même qui devra prendre en charge le rapatriement en France. Il reste à savoir si les 5 jours de suspension vont être reconduits au delà du 30 novembre. Elle annonce cependant que pendant les 5 jours de suspension de ses vols, la compagnie va réorganiser tout son dispositif de contrôle.

À lire aussi :  Transavia annonce l'inauguration de sa ligne Paris-Béjaïa : Programme et prix

En outre, selon les mêmes médias, EasyJet redoute que les nouvelles mesures marocaines entraînent des fraudes, notamment sur les pass vaccinaux et les tests de dépistage. Selon les nouvelles mesures qui mettent la France dans la liste B, tout voyageur provenant de l'Hexagone devra présenter un pass vaccinal et un test PCR négatif datant de moins de 48 heures. Et ce, en plus d'un test antigénique qu'il devra subir à son arrivée à l'aéroport. C'est cette question de trafic de documents qui inquièterait la compagnie low cost.