La 10e édition du Festival maghrébin du film d'Oujda, qui s'est tenue du 19 au 23 novembre avec la participation de 18 films, entre courts et longs métrages, a vu l'Algérie décrocher 2 prix ; le Grand Prix du meilleur film dans la catégorie « longs métrages » et celui du Prix du meilleur scénario dans la catégorie « courts métrages ».

Organisé par l'Association Ciné-Maghreb, ce festival, tenu sous un format hybride (présentiel et distanciel) en raison de la situation sanitaire, a vu la participation en compétition officielle de 6 longs métrages et de 12 courts métrages.

Le cinéma algérien représenté au 10e Festival maghrébin du film d'Oujda

Pour les longs métrages, il s'agit de Papicha de Mounia Meddour (Algérie), Compatible de Patrick Attali et Thibaut Miche (France), Avec toi je vis de Mehdi Barsaoui (Tunisie), La Fuite de Ghazi Zaghbani (Tunisie), Hala Madrid d'Abdelilah El Jaouhary (Maroc) et Semblables de Habib Mestiri (Tunisie).

Du côté des courts métrages, le festival a vu la participation de Printemps reporté de Walid Bouchebbah (Algérie),  The Dust de Tarik Rasmi (Maroc), Grand Gaillard de Hicham et Samir Harrag (Maroc), À la rencontre de l'âme de Kaoutar Benjelloun Harzimi (Maroc), Vu de Marouane Kamal (Maroc), La robe d'Aicha de Mohamed Saied (Tunisie), Terreur de Nawfel Saheb-Ettaba (Tunisie), La ficelle d'Ali Charef (Maroc), Poussières d'étoiles de Mirvet Kammoun (Tunisie), Pastitsio de Mai Mustafa Ekhou (Mauritanie), Ames nues de Houssem Ali Echi (Tunisie) et Taher de Nagi Sidi (Mauritanie).

Papicha reçoit le Grand Prix du long métrage et Printemps reporté celui du meilleur scénario du court métrage

À l'issue de cinq jours de compétition, le jury présidé par le cinéaste burkinabé Dani Kouyaté a annoncé, dans la soirée du 23 novembre, la consécration du film Papicha de la réalisatrice Mounia Meddour (Algérie), avec le Grand Prix du meilleur film dans la catégorie phare du festival, à savoir le long métrage. Le Tunisien Mehdi Barsaoui a obtenu le prix de la meilleure réalisation pour son film Avec toi je vis, alors que son compatriote Habib Mestiri a décroché le prix du meilleur scénario pour le film Semblables.

Coproduit par l'Algérie, la France, la Belgique et le Qatar, Papicha, sorti en 2019 dans les salles de cinéma en France et dans plusieurs autres pays, n'est toujours pas projeté en Algérie. Le film est distingué notamment par le César du meilleur premier film et le César du meilleur espoir féminin en 2020 pour l’actrice Lyna Khoudri, qui jouait le rôle principal en compagnie de Shirine Boutella et Nadia Kaci entre autres. Il raconte la vie d'un groupe de jeunes Algériennes durant la Décennie noire.

Le cinéma algérien s'est également distingué lors du Festival d'Oujda dans la catégorie courts métrages, grâce au réalisateur Walid Bouchebbah, qui  s’est vu attribuer le prix du Meilleur scénario dans cette catégorie pour son film Printemps reporté. Le Grand Prix est allé au Tunisien Mohamed Saied pour La robe d'Aicha, alors que le Marocain Tarik Rasmi a remporté le prix de la meilleure réalisation pour The Dust.