Les grands organismes du transport international se mobilisent contre les restrictions aux frontières que les gouvernements pourraient imposer en raison de l'apparition du nouveau variant Omicron. Au moins quatre organisations internationales ont signé un communiqué pour interpeller les gouvernements, rapporte le site spécialisé Air Journal.

Les quatre organisations du transport international sont l'Association internationale du transport aérien (IATA), la Chambre internationale du transport maritime (ICS), l'Union internationale des transports routiers (IRU) et la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF).

Elles ont rendu public un communiqué par le biais duquel elles appellent conjointement les gouvernements à « ne pas réimposer des restrictions aux frontières qui limitent davantage la liberté de mouvement des travailleurs du transport international et à tirer les leçons de ces deux dernières années ».

Variant Omicron : De plus en plus de pays ferment leurs frontières

Moins de 10 jours après que le variant omicron ait été jugé préoccupant par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), au moins 56 pays ont annoncé des restrictions de voyage, qui pénalisent avant tout les intervenants dans le transport international.

Ces mêmes intervenants qui ont déjà extrêmement souffert depuis l'apparition du coronavirus au début de l'année 2020. C'est dire qu'ils ne sont pas prêts à revivre les mêmes difficultés qui seront synonymes d'aggravation et de faillite pour de nombreuses entreprises, notamment de transport aérien et maritime.

À lire aussi :  Le Consulat d'Algérie à Lyon réduit le nombre de rendez-vous

Les quatre organisations signataires du présent communiqué sont conscientes de ce risque, d'où leur sortie médiatique conjointe. « Les travailleurs des transports transfrontaliers, gens de mer, équipages aériens et chauffeurs routiers doivent pouvoir continuer à faire leur travail et traverser les frontières sans règles de voyage trop restrictives, afin de laisser en mouvement des chaînes d’approvisionnement déjà en difficulté », précisent-elles dans le même texte.

Libre circulation en temps de pandémie ?

L'IATA, l'ICS, l'IRU et l'ITF demandent, à ce titre, une libre et sûre circulation pour les travailleurs des transports. Elles demandent également l'accès prioritaire aux vaccins reconnus par l'OMS pour ces mêmes travailleurs et la création de protocoles de vaccination harmonisés. Pour convaincre de l'importance de leur initiative, elles rappellent que leur activité représente 20 000 milliards de dollars du commerce mondial chaque année et 65 millions de travailleurs dans le monde.