L'année 2022 s'annonce chamboulée sur le plan social pour les Algériens. Ils devront faire face à beaucoup de changements. En effet, la nouvelle année connaîtra la levée des subventions directes. Une décision prise dans la loi de finances 2022 et signée par Abdelmadjid Tebboune. Une levée qui aura des conséquences sur les prix des produits subventionnés même si un mécanisme sera mis en place pour amortir les effets de cette décision sur les ménages à faibles revenus.

Inflation et pouvoir d'achat des Algériens

L'année 2022 commence déjà par une grande pression sur certains produits de première nécessité. De nombreux boulangers ont augmenté le prix de la baguette malgré que son prix soit fixé à 7,50 dinars depuis 25 ans. Un prix qui ne couvre plus les coûts de revient, selon les boulangers qui réclament son augmentation à 15 dinars algériens. L’huile de table est de nouveau introuvable sur les étals dans plusieurs régions malgré une production suffisante pour le marché national. Beaucoup de produits laitiers sont également absents des étals, du lait en carton, des marques de yaourts ont disparu sans aucune explication.

Il faut ajouter à ces pénuries l'inflation galopante qui use les ménages. Pour l'année 2021, le chiffre annoncé par la Banque d’Algérie est de 9,2 %. Cette inflation risque de se poursuivre en impactant un pouvoir d'achat déjà très fragile. Conjuguées à la dépréciation du dinar et la hausse des prix des produits de consommation sur les marchés mondiaux, les petites bourses vont être éreintées. En effet, comme les produits de consommation de base sont importés, ils seront plus chers étant donné que le dinar perd en taux de change. Ainsi, les petites bourses auront beaucoup plus de mal à boucler des fins de mois déjà difficiles, surtout en sachant que la nouvelle loi de finances prévoit la levée des subventions étatiques, même si en théorie les faibles revenus auront des compensations financières.

À lire aussi :  Tebboune relance un mégaprojet de Cevital bloqué au temps de Bouteflika

Levée des subventions directes : comment ça va se passer concrètement ?

Le sujet de la levée des subventions directes revient régulièrement ces deux dernières décennies. Les gouvernements successifs ont annoncé des réformes dans ce sens sans que ces dernières ne soient arrivées à terme. Dans la loi de finances 2022, le pas a été franchi. Les subventions directes vont officiellement être levées. Cependant, cette levée de subventions directes ne se fera pas en un jour. Elle est conditionnée par la mise en place d'un mécanisme qui va amortir cette levée pour les foyers à faibles revenus (dont le seuil reste à établir).

En effet, pour procéder au démantèlement du système de subventions en place, le gouvernement a opté pour des compensations financières directes au profit des ménages à petit revenu comme le stipule l’article 188 de la loi de finances entrée en vigueur samedi. « Il est mis en place un dispositif national de compensation monétaire au profit des ménages qui y sont éligibles, composé, notamment, des départements ministériels concernés, d’experts économiques concernés, ainsi que d’organismes professionnels », peut-on lire dans l'article en question.

Les prix des produits subventionnés seront révisés et modifiés après définition des mécanismes et procédures par le dispositif retenu en vue de fixer les indemnités destinées au profit des familles habilitées au transfert monétaire direct. Avant la mise en place de ce système, l'Assemblée nationale doit se pencher sur le rapport qui sera présenté par le collège des représentants des ministères concernés, d’experts en questions économiques et d’organismes professionnels. L'APN va donc voter la mise en place du nouveau système sous forme de loi. Dans ce projet il y aura notamment, selon l'article 88 de la loi de finances 2022, « la liste des produits subventionnés concernés par la révision des prix, les catégories des familles visées, les critères d’habilitation pour l’obtention de cette indemnité, ainsi que les modalités de transfert monétaire ».