L'affaire du port du voile lors des compétitions sportives en France n'a pas encore connu son épilogue. Malgré le vote par le Sénat d'une loi sur son interdiction, les sportives « hijabeuses » française ne veulent pas pour autant lâcher prise. Ces dernières reviennent même à la charge en observant, le 26 janvier, un sit-in devant le Sénat pour réclamer leur droit de pratiquer le sport avec le hijab.

Le mardi 18 janvier 2002, le Sénat français a voté une loi interdisant le port du voile lors des compétitions sportives en France. Cette loi, proposée par le député Michel Savin, du parti Les Républicains, a été votée par 183 voix pour et 137 contre. Cet amendement interdit « le port de signes religieux ostensibles » lors « d'événements sportifs et compétitions sportives organisées par les fédérations sportives et les associations affiliées ».

Moins d'une semaine après l'adoption de cette loi, un collectif de sportives, qui lutte pour le droit des femmes portant le voile à pratiquer le sport de haut niveau en France, a initié une action le 26 janvier devant le siège du Sénat à Paris.

Les « hijabeuses » improvisent un match de football devant le Sénat français

En effet, un groupe de footballeuses de confession musulmane étaient réunies devant le Sénat, mercredi 26 janvier, pour réclamer leur droit à « pratiquer le sport avec le voile », en programmant à l'occasion une partie de football dans la cours du Sénat.

À lire aussi :  Karim Benzema 2e meilleur buteur du Real Madrid, derrière Cristiano Ronaldo

« Nous, femmes, musulmanes, portant le voile, avons été sciemment exclues du décor. Nous voulons jouer librement », affirme  une joueuse du collectif « Les Hijabeuses » dans une vidéo publiée sur les réseaux sociaux.

Devant le siège du Sénat, les sportives du collectif Les Hijabeuses ont indiqué qu'elles iraient jusqu'au bout pour « faire annuler l'amendement les privant du droit de participer à des compétitions sportives ».

Les Hidjabeuses prêtes à défier la loi française

Les jeunes filles affirment qu'elles comptent pratiquer le sport avec le voile en dépit de la loi interdisant son port lors des manifestations sportives. « On jouera, même si l'État ne veut pas, on jouera », clament les footballeuses du collectif « Les Hijabeuses ».

Avant l'adoption de cette loi par le Sénat, interdisant le port du voile dans les manifestations sportives, les footballeuses voilées menaient déjà un bras de fer avec la Fédération française de football (FFF). Cette dernière leur interdisait de jouer voilées en compétition officielle, alors que la FIFA autorise depuis 2014 le port du voile lors des compétitions internationales.

À lire aussi :  Ballon d'Or 2022 : Riyad Mahrez dans la liste des 30 nommés

« On ressent tout cela comme une grande injustice. Il y a ce sentiment d'être exclu et c'est quelque chose qu'on ressent profondément », a expliqué à l'AFP Founé Diawara, l'une des membres du collectif Les Hijabeuses. « Nous, on veut juste jouer au football, nous ne sommes pas des militants pro-hijab », assure pour sa part la présidente du collectif.