Le Québec ferait face à une pénurie de personnel soignant, accentuée ces 2 dernières années en raison de la pandémie de Covid-19. Selon le gouvernement du Québec, il manquerait à court terme 4000 infirmiers dans le réseau de santé local.

Pour faire face à cette situation, le gouvernement du Québec a décidé de recourir au recrutement des infirmiers formés à l'étranger, dont l'Algérie. D'ailleurs, la Direction des services d'immigration du Québec avait organisé, le 30 septembre dernier, un webinaire spécialement dédié aux infirmiers des pays d'Afrique du Nord ; en l'occurrence l'Algérie, le Maroc, Tunisie et le Cameroun.

Le Québec va recruter 1000 infirmières étrangères, dont des Algériennes

Dans un premier temps, les autorités du Québec vont recruter 1000 infirmières en provenance des pays francophones, a annoncé, le mercredi 16 février, le ministre du Travail et de l'Immigration du Québec, Jean Boulet. Les pays francophones ciblés par le recrutement de ces 1000 infirmières sont dans un premier temps l'Algérie, le Maroc, la Tunisie et l'île Maurice.

Les infirmières recrutées seront invitées à travailler dans 7 régions du Québec qui font face à une pénurie d'effectifs : l'Abitibi-Témiscamingue, la Côte-Nord, le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, la baie James et l'Outaouais.

500 $ par semaine pour la durée de la formation au Québec

Mais avant cela, les infirmières devront recevoir sur place une formation d'une durée de 9 à 12 mois. Une étape obligatoire qui « mènera à une reconnaissance de leur formation et de leur expérience clinique par l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec », précise le ministre. « On leur permettra de travailler jusqu'à 20 heures par semaine comme préposées aux bénéficiaires durant leur formation », ajoute-t-il.

À lire aussi :  Vol Lyon-Alger avec Air Algérie : Un avion presque vide, mais des billets toujours aussi chers

Le gouvernement du Québec, qui a prévu un budget de 65 millions de dollars pour ce projet, a également décidé d'accorder de nombreux avantages pour les  futures infirmières étrangères qui arriveront au Canada. « Les candidates recevront une allocation de 500 $ par semaine pour la durée de la formation et les frais de scolarité, les frais de demande d'équivalence à l'Ordre et le coût de la formation d'appoint seront tous couverts par le ministère de l'Immigration », précise le représentant du gouvernement.

Les infirmières algériennes pourront s'établir au Québec avec leurs familles

Le ministre, qui a promis « un accompagnement véritablement personnalisé » pour ces infirmières, a affirmé que « le gouvernement va les aider à trouver un logement, à obtenir un permis de conduire, à inscrire leurs enfants à l'école et évidemment, préparer leur dossier d'évaluation comparative des études effectuées à l'extérieur du Québec ».

Les infirmières recrutées « pourront s'établir au Québec, accompagnées de leur famille immédiate, et leur conjoint recevra un permis de travail ouvert. Les candidates qui échoueraient à la formation pourront continuer à travailler comme préposés aux bénéficiaires », ajoute encore le ministre du Travail et de l'Immigration.