Son roman n'est pas encore sorti, mais il fait déjà polémique sur les réseaux sociaux, particulièrement chez les internautes d'Afrique du Nord. La fille de la star américaine Will Smith fait parler d'elle, alors qu'elle n'a que 21 ans, en étant l'auteur d'un roman présentant les Amazighs (Berbères) comme des voleurs et des esclavagistes.

En effet, le roman de Willow Smith, coécrit avec Jess Hendel, sortira en octobre 2022. Il porte le titre de « Black Shield Maiden » ou La jeune femme au bouclier noir. Pour les besoins de la promotion, des extraits ont été publiés. Le roman raconte l'histoire d'une guerrière kidnappée de chez elle dans l'empire ghanéen. Elle sera conduite ensuite vers le Nord où elle sera faite esclave au service d'une princesse du Sahara.

En décrivant les habitants de la région, les Berbères, Willow Smith et Jess Hendel les présentent comme des sauvages. Provoquant ainsi la désapprobation, voire la colère, des internautes d'Afrique du Nord, particulièrement ceux établis aux États-Unis ou au Canada, ainsi que dans certains pays d'Europe où la promotion autour du livre est visible.

Les Amazighs présentés comme dangereux, musulmans et esclavagistes

« Les Amazighs sont dangereux dans leur meilleur jour. Ils ont peu de considération pour quiconque n'adore pas le Dieu musulman – et même leurs propres tribus sont toujours en guerre les unes contre les autres […] Le désert est dépourvu de loi et ceux qui ne voyagent pas sous la protection du Ghāna peuvent devenir la proie des voleurs et des esclavagistes amazighs », lit-on dans l'un des extraits publiés dans le but de promouvoir ce roman fantastique.

Cela a été suffisant pour les Algériens et les Marocains pour exprimer leur indignation et dénoncer des déclarations « offensantes et horribles » à propos des Amazighs. « Comment une privilégiée comme Willow Smith pourrait-elle ne pas trouver une personne pour lui apprendre, ou du moins l'informer [sur] les Amazighs et les musulmans avant qu'elle n'écrive de telles absurdités ? » a tweeté une femme, visiblement d'Afrique du Nord, reprise par le site The New Arab.

Une Marocaine établie aux États-Unis n'arrive pas à digérer le contenu du livre de Willow Smith. « Pourquoi Willow Smith déteste-t-elle mon peuple ? C'est bizarre et inacceptable et je n'accepte pas que ce personnage fictif et sectaire soit la première introduction à la culture amazighe pour le public américain », a-t-elle affirmé à The New Arab.