Un autre lieu de culte musulman pourrait être fermé pour radicalisme en France. Il s'agit de la mosquée de Pessac, en Gironde qui vient d'être visée par une procédure de fermeture temporaire, a indiqué le journal le Figaro qui a rapporté l'information jeudi 24 février 2022. 

La France a déclaré la guerre contre les mosquées qui prônent le radicalisme sur son territoire. Une offensive a été menée contre ces lieux de culte depuis quelques mois. Le ministre de l'Intérieur français Gerald Darmain a fait état, le 14 décembre dernier, de 21 mosquées, soupçonnées de radicalisme, fermées. « 99 mosquées étaient soupçonnées de séparatisme sur les 2620 lieux de culte musulmans établis en France. À ma demande, ces 99 mosquées ont toutes été contrôlées au cours de ces derniers mois », avait-il encore souligné.

Fin du mois de décembre, la grande mosquée de Beauvais a fermé ses portes en raison de prêches « incitant à la haine », « à la violence » et « faisant l’apologie du djihad ». Gerald Darmanin a annoncé, par ailleurs, le 5 janvier la dissolution de deux associations musulmanes « pour le juste milieu » et « Al Qalam », toujours  pour soupçon de radicalisme.

Une fermeture de la mosquée Al Farouk à Pessac qui pourrait aller jusqu'à 6 mois

Un autre lieu de culte pourra s'ajouter à cette liste dans les tout prochains jours. Il s'agit de la mosquée Al Farouk à Pessac en Gironde, qui fait objet, selon Le Figaro, d'une « procédure contradictoire » engagée contre elle, jeudi 24 février, par la préfecture en vue de prononcer sa fermeture temporaire pour une durée qui pourra aller jusqu'à six mois.

Comme les autres mosquées, ce lieu de culte actif depuis 2014, est soupçonné de radicalisme. Selon le même média, citant ses propres sources, cette mosquée gérée par l'association « Rassemblement des musulmans de Pessac » accueillerait des imams « connus pour leur appartenance à la mouvance islamiste et leur idéologie salafiste ». On lui reproche également ses prêches appelant à ne pas respecter les lois de la République, indique la même source.