L'Ukraine, qui se trouve depuis jeudi dernier sous le feu des attaques de l'armée russe, ne cesse de lancer des appels à l'aide internationale. Ce dimanche 27 février, le président ukrainien a annoncé la création d'une « Légion internationale » de combattants étrangers pour rejoindre l'Ukraine et l'aider à se défendre contre la Russie.

Toute l'Ukraine est mobilisée pour faire face à l'invasion de l'armée russe. L'État a décrété la mobilisation générale et les hommes âgés de 18 à 60 ans n'ont plus le droit de quitter le pays. Cette « mobilisation générale » a été décrétée par le président Volodymyr Zelensky, le 24 février au premier jour de l'invasion militaire russe.

Malgré cette « loi martiale », qui touche l'ensemble des citoyens adultes, les autorités ukrainiennes ont décidé de faire appel à l'aide étrangère en ciblant notamment des « combattants volontaires » du monde entier pour venir assister les forces armées locales dans leur lutte contre les forces d'occupation russes. Il s'agit de la création d'une légion de combattants étrangers.

L'Ukraine annonce la formation d'une Légion étrangère pour combattre l'armée russe

C'est en effet ce qu'a annoncé le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, dans un communiqué publié ce dimanche 27 février. « Tous les étrangers désirant rejoindre la résistance aux occupants russes et protéger la sécurité mondiale sont invités par les autorités ukrainiennes à rejoindre les forces de défense », indique le communiqué de la présidence ukrainienne. « Une unité spéciale sera formée sous le nom de Légion internationale et les volontaires du monde entier sont appelés à se rendre dans les ambassades d'Ukraine dans leur pays », précise la même source.

L'appel  du président ukrainien lancé aux volontaires du monde entier, pour la formation d'une Légion étrangère, intervient 3 jours après celui du vendredi dernier, dans lequel Volodymyr Zelensky avait appelé les Européens ayant une expérience du combat à se rendre en Ukraine comme volontaires pour combattre l'armée russe.

« Étrangers désireux de défendre l'Ukraine et l'ordre mondial dans le cadre de la Légion internationale de défense territoriale de l'Ukraine, je vous invite à contacter les missions diplomatiques étrangères de l'Ukraine dans vos pays respectifs », a écrit pour sa part, le dimanche 27 février, le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dmytro Kuleba, sur son compte Twitter.

Réactions mitigées dans le monde à l'annonce de l'Ukraine

L'annonce de la création d'une Légion étrangère en Ukraine pour défendre le pays contre l'armée russe a suscité des réactions mitigées à travers le monde. « C'est une chose à propos de laquelle les gens peuvent prendre leurs propres décisions. Le peuple ukrainien se bat pour la liberté et la démocratie, pas seulement pour l'Ukraine, mais pour toute l'Europe. Absolument, si les gens veulent soutenir cette lutte, je les soutiendrai dans leur démarche », a affirmé la ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, dans une déclaration à chaîne BBC.

Pour de nombreux observateurs, cette Légion internationale que veut former l'Ukraine parmi les volontaires du monde entier pourrait susciter des questions quant à la « légalité du départ de ressortissants étrangers depuis leurs pays pour combattre dans des conflits étrangers ». Cela rappelle surtout ce qui s'est passé avec la guerre en Syrie, où des milliers d'étrangers ont rejoint ce pays pour combattre aux côtés des rebelles syriens dans le but renverser le régime du président Bachar el-Assad.

Plusieurs années plus tard, de nombreux volontaires étrangers partis en Syrie se retrouvent poursuivis par la justice de leurs pays pour des actes liés au terrorisme. « Ce scénario pourrait se reproduire avec ce projet d'une légion internationale en Ukraine », estiment des observateurs, surtout que « rien ne garantit que certains de ces volontaires venus de partout ne portent pas des visées contraires à une lutte pour la liberté et la démocratie », estiment ces mêmes observateurs.

Les pays européens ne retiendront pas les volontaires qui veulent rejoindre l'Ukraine

Plusieurs pays européens ont tout de même répondu à ces préoccupations de leurs citoyens volontaires. Le Danemark a été le premier pays à laisser ses ressortissants rejoindre cette brigade ukrainienne. Dans la loi du pays, rien n'empêche le citoyen de s'engager dans une telle armée. Le gouvernement a tout de même rassuré ces volontaires qu'ils ne craignent aucune répercussion légale.

Le Premier ministre norvégien a aussi annoncé en conférence de presse qu'aucune loi n'empêchait les volontaires de rejoindre l'Ukraine pour se battre. Le Royaume uni et la France ont aussi suivi en annonçant officiellement qu'il permettait le départ de leurs citoyens dans le cadre de cette « Légion internationale ».