Les Algériens sont nombreux a être bloqués en Ukraine, surpris par une guerre déclenchée par la Russie. Pour cette diaspora, les choses se sont déroulés de différentes manières. Ces Algériens ont connu diverses fortunes ; les plus chanceux ont réussi à quitter le pays dès le début des hostilités, alors que d'autres retrouvés bloqués sans assistance et obligés de se débrouiller seuls dans un pays en pleine guerre.

Parmi ces ressortissants algériens, essentiellement des étudiants, certains ont fait preuve de beaucoup d'humanisme. C'est le cas de cet étudiant dont la vidéo a été partagée sur les réseaux sociaux. En effet, cet Algérien est venu en aide à une famille ukrainienne qui a décidé de fuir le pays.

Dans un autre sens, une vidéo qui circule sur les réseaux sociaux montre deux Algériens qui affirment profiter du couvre feu pour casser les maisons. Cette vidéo reste tout de même étrange, car elle montre deux Algériens cagoulés qui déclarent vouloir profiter du chaos généralisé pour voler et piller. Elle pourrait être un canular de mauvais gout, destiné à faire le buzz. Mais pourrait aussi refléter une certaine réalité sur le terrain.

Sur les réseaux sociaux, on retrouve également une vidéo d'un Algérien qui a affirmé avoir prix les armes du côté de l'armée ukrainienne. Après versification, des contacts ont affirmé à ObservAlgérie que l'individu sur la vidéo ne s'est nullement engagé avec l'armée ukrainienne et qu'il a fait cette vidéo juste pour se « vanter ».

Il faut dire également que parmi la communauté algérienne en Ukraine, certains ont décidé de rester sur place. C'est le cas de ce ressortissant algérien vivant dans la capitale ukrainienne Kiev, qui s'est confié à ObservAlgérie au tout début de la guerre.

À lire aussi :  Internet et téléphonie en Algérie : Voici les chiffres

Cet Algérien a indiqué à notre journal : « Mon plan, c'est de rester chez moi. Si je vois que les soldats russes avancent et prennent du terrain, je quitterai la capitale, pas pour un autre pays, mais pour une petite ville de moindre importance que Kiev ».

Établi en Ukraine depuis 2015 avait décidé de rester en Ukraine tant que la vie de sa famille n'était pas directement menacée. « J'y ai fait ma vie. Pour moi, quitter l'Ukraine, c'est comme quitter ton foyer, comme quitter ta patrie. Je ne suis pas Ukrainien, mais je me sens chez moi. J'ai ici mes amis et ma famille », nous avait-il expliqué.

Une opportunité pour les Algériens de s'installer dans l'Union européenne

Il faut dire également que ce conflit est considéré par de nombreux étudiants algériens comme une opportunité pour s'installer dans l'Union européenne. Une chose qui n'était pas possible auparavant. En effet, en passant la frontière vers la Pologne ou la Roumanie, qui font partie de l'espace Schengen, ces étudiants estiment qu'il ont la chance de s'installer dans un pays de l'UE, durablement, et faire leurs vies la bas.

Azeddine, un Algérien ayant récemment fui l'Ukraine, a déclaré à un journal que « maintenant, nous allons entrer dans l'UE, ce qui était impossible auparavant. Nous pouvons construire une nouvelle vie. En Algérie, il n'y a rien ». Dans la même perspective que cet étudiants, ils sont nombreux à réfléchir dans le même sens. Ces étudiants comptent profiter de leurs présence dans l'espace Schengen pour rallier notamment la France et y s'installer.

À lire aussi :  Allocation touristique : Que peut faire un touriste algérien avec 100 euros ?

Rapatriement des Algériens, des Marocains et des Tunisiens ayant fui la guerre en Ukraine

Il faut dire que depuis le déclenchement de ce conflits, les Algériens se plaignent d’être bondonnés. En effet, l'Algérie a tardé à organiser un vol de rapatriement, n'agissant qu'hier 3 mars et n'organisant qu'un seul vol avec Air Algérie. De son côté, la Tunisie a organisé le rapatriement de 120 de ses ressortissants évacués le 1er mars à partir de la Roumanie. Le ministre  tunisien des Affaires étrangères, Othman Jarandi, a promis que « les vols d'évacuation se poursuivront pour tous ceux qui souhaitent rentrer au pays dans les jours à venir ». Le Maroc, pour sa part, a lancé une opération de rapatriement le 2 mars. La compagnie aérienne marocaine a annoncé 3 vols à partir Varsovie, Bucarest et Budapest à destination de Casablanca. La RAM avait prévu également 3 autres vols pour hier 3 mars.