La question de la mémoire de la guerre d’Algérie reste vive chez les Algériens comme chez les Français. Les traumatismes d'une colonisation suivie d'une guerre violente sont toujours présents chez les deux peuples qui sont plus ou moins attachés à leurs visions de cette période de l'histoire commune. C'est dans ce contexte, marqué par un retour de la question de la mémoire liée à la guerre d’Algérie, que la revue Historia a publié un sondage inédit sur la perception qu’ont les citoyens des deux pays et des relations entre la France et l'Algérie.

Ce sondage réalisé auprès des populations françaises et algériennes révèle que plus on s’éloigne de cette guerre, plus les opinions des peuples sont favorables l'une pour l'autre. Il a été réalisé par téléphone du 3 au 13 décembre auprès des Algériens et du 1er au 17 décembre auprès des Français. Il a touché 2003 Français et 1009 Algériens de plus de 18 ans.

La moitié des Français a une bonne image de l'Algérie

Selon ce sondage 51 % des Français ont une bonne image de l’Algérie. Les Algériens, de leur côté, sont 55 % à avoir une bonne image de la France. Plus précisément les 18-24 ans des deux pays ayant des visions moins radicalement opposées que celles de leurs aînés. Sur la question de la colonisation qualifiée de « crime contre l’humanité », 94 % des Algériens partagent l’avis d’Emmanuel Macron, contre 48 % seulement de la population hexagonale avec, là encore, une légère différence générationnelle, 58 % des jeunes Français jugeant aussi sévèrement cette période.

L'avis des Algériens sur la Guerre d'Algérie et ses conséquences

Le sondage réalisé par la revue Historia révèle également que près de 60 % des Algériens estiment que leur gouvernement parle de la colonisation et de la guerre d’indépendance « pour des considérations politiques » et des « raisons géopolitiques ». Ils ne sont que 6 % d’Algériens à considérer que leur gouvernement s’empare de ces questions pour « faire avancer le travail des historiens ».

Par ailleurs, et sans surprise, les Algériens interrogés jugent à 96 % que la colonisation française a été une mauvaise chose pour l’Algérie. Ils sont également 89 % des Algériens sondés qui jugent que la population musulmane algérienne est celle qui a le plus souffert de la guerre d’indépendance. De leur côté, les Français ont répondu de façon beaucoup plus segmentée. Si 24 % des sondés côté français partagent ce constat, ils considèrent néanmoins que ce sont les Harkis et les pieds-noirs qui en ont le plus souffert, respectivement à 39 % et 40 %.

Il faut dire que ce sondage confirme les divergences profondes entre les deux peuples sur la guerre d’Algérie. D'un côté les Algériens qui l'ont vécu et en ont souffert et de l'autre les Français qui étaient généralement des spectateurs et qui ont vécu cette guerre à travers les médias. Il faut aussi souligner que ces derniers temps on assiste à la monté des révisionnistes très présents médiatiquement et qui ne cessent de faire l'apologie du colonialisme à travers leurs discours sur « l'apport civilisationnel de la France à l’Algérie ».