Commémoration des accords d'Évian : Voici ce qu'a prévu Macron

Emmanuel Macron

Le président Emmanuel Macron a choisi la date du 19 mars, qui marqua en 1962 l’entrée en vigueur du cessez-le-feu, pour commémorer les accords d’Évian ayant abouti à l’indépendance de l’Algérie. Une commémoration qui intervient en pleine campagne électorale en France et après une période marquée par une crise politique sans précédent entre l’Algérie et la France.   

Le chef d’État français Emmanuel Macron va présider, samedi 19 mars 2022, une cérémonie à l’Élysée pour « commémorer » le 60e anniversaire des accords d’Évian et du cessez-le-feu en Algérie, avec un souci « d’apaisement » des mémoires et de « main tendue » à l’Algérie, a annoncé mercredi 16 mars la présidence française dans un communiqué repris par l’AFP.

La présidence française a tenu à préciser que la cérémonie prévue ce samedi 19 mars au palais de l’Élysée sera consacrée à la « commémoration » du 60e anniversaire des accords d’Évian ayant mis fin à plus de 7 années de guerre en Algérie. « Commémorer n’est pas célébrer », a souligné en effet le communiqué de l’Élysée comme pour éviter tout amalgame à moins d’un mois de l’élection présidentielle en France et pour laquelle Emmanuel Macron est candidat.

Le communiqué de l’Élysée a tenu à rappeler que ces accords qui ont conclu à un cessez-le-feu en Algérie, à partir du 19 mars 1962, n’ont pas pour autant mis fin aux événements de la guerre d’Algérie. « Tous les événements liés à la guerre d’Algérie ne se sont pas terminés du jour au lendemain avec la signature des accords d’Évian », indique en effet le communiqué de l’Élysée.

L’ambassadeur d’Algérie en France invité à la cérémonie de l’Élysée

À ce propos, la présidence française a cité notamment la fusillade de la rue d’Isly à Alger, dans laquelle des dizaines de partisans de l’Algérie française furent tués par l’armée française le 26 mars 1962. « Le 19 mars est une étape sur ce chemin de mémoire, mais ce n’en est pas le terme », écrit l’Élysée, en rappelant qu’un hommage serait aussi rendu aux appelés de la guerre d’Algérie le 18 octobre 2022 si Emmanuel Macron est « réélu ».

La cérémonie, qui se tiendra de 12 heures à 13 h 30, et pour laquelle l’ambassadeur d’Algérie en France, Mohamed-Antar Daoud, a été invité, selon l’Élysée, réunira des témoins de toutes les mémoires liées à la guerre d’Algérie, appelés, combattants indépendantistes, harkis et rapatriés. La ministre des armées, Florence Parly, le chef d’état-major des armées, Thierry Burckhard, ainsi que des élus, dont Michaël Delafosse ; le maire de Montpellier (ville qui accueillera le futur Musée de l’histoire de France et de l’Algérie) seront également présents, précise l’Élysée.

Retour en haut
Share via
Copy link