Une autre série algérienne accusée d'atteinte à la sacralité du mois de ramadan

Série algérienne Babour Ellouh

Les chaînes de télévision privées sont dans le collimateur de l'autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV). Après la convocation du directeur de la chaîne Ennahar, c'est autour de la directrice de l'autre chaîne concurrente Echorouk d'être entendue par l'ARAV. Les deux responsables ont été convoqués pour les mêmes motifs. L'ARAV leur reproche « des dépassements attentatoires à la sacralité du mois de ramadan ».

Ainsi, le gendarme de l'audiovisuel algérien réagit aux polémiques que ces séries ont déclenchées. L'ARAV a convoqué, mardi, la directrice de la chaîne Echorouk TV suite aux plaintes qu'elle a reçues concernant « des dépassements attentatoires à la sacralité du mois de ramadan » dans le contenu de certains épisodes du feuilleton « Babour Ellouh » diffusé par cette chaîne. L'autorité de régulation de l'audiovisuel indique dans son communiqué que « suite aux plaintes reçues par l'Autorité de régulation de l'audiovisuel, et aux informations relayées sur les réseaux sociaux concernant des dépassements attentatoires à la sacralité du mois de ramadan et aux principes de notre religion dans certains épisodes du feuilleton "Babour Ellouh" que Echorouk TV auraient diffusés les soirées de ramadan, l'ARAV a convoqué la directrice de la chaîne ».

L'ARAV précise que « la directrice de la chaîne Echorouk TV a fourni des explications niant la diffusion par la chaîne de ces scènes », affirmant qu'il s'agissait de « calomnie et d'informations montées de toutes pièces, car le feuilleton en question a été diffusé l'année dernière sur d'autres plateformes en entier sans censure, ce qui a permis à certains de publier des scènes contraires aux principes et valeurs de la société algérienne sur les réseaux sociaux, puis les attribuer à la chaîne Echorouk, qui a uniquement le droit de diffusion télévisée de ce feuilleton ».

Il faut dire que la scène qui a fait polémique est un bisou d'un acteur pour sa femme dans le film. Les déclarations de l'ARAV ont fait réagir les internautes. Ils sont nombreux à dénoncer cette censure et l’hypocrisie de ceux qui se disent choqués. Ils ont largement partagé des scènes de films algériens anciens ou des scènes pareilles qui n'ont pas choqué. Ces internautes avertissent qu'avec ce genre de censure, les obscurantistes gagnent du terrain ce qui représente un danger sur l'art en Algérie, selon eux.

Il faut rappeler qu'avant la convocation de la directrice d'Echorouk, l'ARAV a fait les mêmes remarques au directeur d'Ennahar pour la série Houb El Moulouk. Une série que la chaîne a arrêté de diffuser pour le même motif. C'est-à-dire « scènes qui portent atteinte aux valeurs de la société ».

@melany.officiel #fyp ♬ son original - melany💫

Retour en haut
Share via
Copy link