Malgré la hausse du nombre de vols de et vers l'Algérie annoncée, lundi 28 mars, par le ministère algérien des Transports, les Algériens de l'étranger, particulièrement ceux plus nombreux de France, ont besoin d'une nouvelle hausse qui leur assure la disponibilité des vols vers leur pays, mais aussi une baisse des prix des billets, impactés par la hausse de la demande à l'approche de la saison estivale.

En effet, l'été arrive et la baisse des prix des billets d'avion a déjà commencé, et ce depuis le 4 avril chez Air Algérie, qui a été très vite suivie par les autres compagnies aériennes impliquées dans les dessertes entre la France et l'Algérie. Pour la fête de l'Aïd el-Fitr, les tarifs des vols sont repartis à la hausse, y compris chez la compagnie aérienne algérienne. Pire encore, les vols d'Air Algérie pour la saison estivale sont presque complets, accentuant les hausses chez ses concurrentes, dont les prix avoisinent pour certaines les 700 euros.

Les arguments ne manquent pas pour une nouvelle hausse des vols

Comment faire pour atténuer cette nouvelle pression sur les vols de et vers l'Algérie ? Le gouvernement algérien devrait effectuer une nouvelle hausse des vols pour lutter contre cette tendance vers l'augmentation des prix. Et ce ne sont pas les arguments qui manquent pour favoriser cette hausse.

En fait, les autorités algériennes pourraient même aller vers un nouveau programme de vols supplémentaires dès le mois mai. Surtout que ce dimanche 24 avril, une réunion du Conseil des ministres se tiendra avec le secteur des Transports comme l'un des points à l'ordre du jour. Cette rencontre, que présidera le chef de l'État Abdelmadjid Tebboune, pourrait aboutir à une décision qui réjouira les ressortissants algériens installés à l'étranger. Une décision comme une nouvelle augmentation de vols qui va engendrer une baisse des prix des billets, y compris pour des vols à opérer durant la saison estivale.

La crise sanitaire derrière nous

Il faut seulement rappeler que tout ce qui a conduit à la fermeture des frontières a disparu. Et la crise sanitaire a connu une amélioration des plus concrètes depuis plusieurs semaines, au point où il y a des jours où aucun cas de contamination au Covid-19 n'est enregistré. Il y a même des spécialistes qui pensent que le virus est désormais vaincu. Et que nous pouvons reprendre une vie normale.

En réalité, la dernière sortie médiatique du ministre des Transports peut être considérée comme indice sur une volonté d'aller rapidement vers un l'élaboration d'un nouveau programme de vols supplémentaires. Pourquoi pas en mai. En fait, à l'occasion d'une réunion du Comité national de facilitation de transport aérien, il a évoqué un retour significatif de la circulation des passagers au niveau des aéroports du pays.