Les espoirs suscités par l'amélioration de la situation sanitaire dans le monde ont été laminés par l'invasion russe en Ukraine. L'économie mondiale traverse une crise sans précédent et la croissance est en berne, avec une inflation galopante qui impacte considérablement la vie quotidienne. Cependant, cet impact est complexe pour les non-initiés. Nous allons essayer de simplifier ces notions économiques compliquées et expliquer cet impact d'une manière concrète.

Ainsi, cette inflation, qui revient comme un leitmotiv dans les déclarations des experts en économie dans cette période de crise aiguë, a des répercussions dans tous les domaines de la vie quotidienne. En effet, les prix des produits de consommation sont en hausse ; une hausse palpable. Elle est subie par les consommateurs au quotidien. Cependant, les répercussions de cette inflation sont plus complexes.

Dans le secteur financier, cette inflation fait grimper les taux d'intérêt pratiqués par les banques. Concrètement, pour tenter de contrôler la hausse rapide de l'inflation, les pays de différentes régions du monde ont augmenté le coût de l'argent, ce qui se traduit en pratique par une hausse du coût du crédit. Cette option des banques fait que les consommateurs ne trouvent pas d'intérêt à emprunter. De ce fait, ils consomment moins et impactent la croissance.

À lire aussi :  Sonatrach obtient un certificat de classement international

Les entreprises touchées

Cette situation touche les entreprises qui ont besoin d'emprunter de l'argent pour réaliser leurs investissements. Les gouvernements, qui doivent financer les dépenses publiques, sont impactés, tout comme les personnes qui ont besoin de prêts pour acheter une maison, une voiture ou pour financer une dépense imprévue. Il faut dire que depuis que l'inflation a commencé à grimper rapidement, d'abord à cause des effets de la pandémie de covid-19 puis à cause de la guerre en Ukraine, le débat s'est centré sur la rapidité et l'ampleur de l'action des autorités pour la faire baisser.

Toutefois, les décisions prises par les banques pour sauver leurs finances et l'économie ont impacté la consommation et réduit la croissance, installant ainsi une stagflation (une inflation qui stagne). Ces banques expliquent leurs décisions par l'urgence de réagir à cette « inflation trop élevée », tout en comprenant « les difficultés que cela entraîne », comme l'explique le président de la Réserve fédérale des États-Unis, Jerome Powell, qui ajoute : « nous agissons de manière décisive pour le faire tomber ». De son côté, Elijah Oliveros-Rosen, économiste senior à la division Global Economics & Research de S&P Global Ratings en Amérique latine, explique que « lorsque le taux augmente, en théorie, la demande devrait se modérer et cela génère moins de pression sur l'inflation ».

À lire aussi :  Importation de véhicules d'occasion : Une catégorie reçoit l'aval de Tebboune

La hausse des taux d'intérêt impacte la croissance

Ces hausses des taux d'intérêt impactent donc les consommateurs. Ainsi, les banques commerciales vous feront payer un taux d'intérêt plus élevé pour vous prêter de l'argent. Même si vous n'empruntez pas directement, mais utilisez une carte de crédit, celle-ci fonctionne sur un taux variable. Dans le cas où vous ne remboursez pas à temps, la « punition » prendra la forme de frais d'intérêt beaucoup plus élevés. Là aussi, il faut expliquer que comme il est plus coûteux d'emprunter, votre pouvoir d'achat est réduit. D'un autre côté, les entreprises utilisent beaucoup de crédit pour investir, de sorte que des taux plus élevés n'encouragent pas l'investissement. Et cela rend le coût du financement budgétaire plus cher pour les pays.

Cependant, si les taux plus élevés découragent la consommation, ils encouragent l'épargne. L'épargne devient plus attrayante, car elle augmente la rentabilité, c'est-à-dire qu'il est plus rentable d'avoir de l'argent à la banque. Les experts expliquent qu'« augmenter le taux d'intérêt, c'est comme une façon de mettre un frein à l'économie ». José Luis de la Cruz, directeur de l'Institut pour le développement industriel et la croissance économique (IDIC) du Mexique, explique que la vague mondiale de hausse des taux d'intérêt « génère un effet de freinage sur la croissance économique ».

À lire aussi :  Après les attaques sur Nord Stream, état d'alerte pour protéger les gazoducs en Méditerranée

En conclusion, il faut dire que pour les consommateurs, ces décisions prises pour contenir l'inflation sont une mauvaise nouvelle dans un monde qui sort de l'une des plus grandes récessions de ces 90 dernières années et qui se trouve à nouveau confronté à un scénario économique restrictif en raison des pressions inflationnistes, de la hausse des taux d'intérêt et de la faible croissance.