Le procureur de la République près le tribunal de Sidi M'hamed, à Alger, a requis une lourde peine contre l'ancienne gloire du football algérien, Rabah Madjer, dans une affaire en lien avec son journal, El Balagh, qu'il a fini par dissoudre, il y a deux années. Dans ce dossier, l'ancienne star de Porto risque une peine de 18 mois de prison ferme et une amende de 100 000 dinars.

En effet, ce lourd réquisitoire du ministère public a été prononcé ce jeudi 2 juin, au tribunal de Sidi M'hamed, à l'issue de l'examen de ce dossier. Il y est accusé d'avoir bénéficié de façon illégale des largesses de l'Agence nationale de l'édition et de la publicité (ANEP). Le dossier devait être examiné la semaine dernière, mais la défense a demandé le report du procès en raison d'un problème de santé touchant l'accusé.

Il faut dire que de lourdes accusations pèsent sur l'ancien attaquant de l'équipe nationale des années 1980. Il est poursuivi, en compagnie de son associé, pour différents chefs d'accusation, comme escroquerie, usurpation d'identité et fausse déclaration. Il est également accusé de faux et usage de faux. Tout cela dans le cadre de l'obtention, par son journal sportif El Balagh Erriadhi, des encarts publicitaires illégalement de la part de l'ANEP.

Pour rappel, l'ancien champion d'Europe avec le club portugais de Porto, Rabah Madjer, dirigeait le journal en question, avant qu'il ne le quitte en novembre 2019. La publication continuera à exister jusqu'à sa liquidation en avril 2020. Le tribunal de Sidi M'hamed, qui a examiné ce dossier, rendra son verdict la semaine prochaine en délibéré.