Le nouveau stade de Tizi-Ouzou est devenu une arlésienne. Entamés depuis plus de 10 ans, les travaux de cette enceinte sportive ne sont toujours pas achevés. Plusieurs entreprises se sont succédé pour la réalisation de ce projet sans pour autant arriver à l'achèvement des travaux, au grand désespoir des amoureux du football, particulièrement les supporters de la JS Kabylie.

Après plus de 2 années d'arrêt pour des raisons liées à un litige financier entre l'entreprise réalisatrice et les pouvoirs publics, les travaux du nouveau stade de 50'000 places à Tizi-Ouzou ont repris officiellement le 14 avril 2022 en présence du ministre de l'Habitat de l'Urbanisme et de la Ville, Tarek Belaribi. Les pouvoirs publics, qui ont résilié le contrat de l'entreprise ETRHB apparentant à l'homme d'affaires Ali Haddad, actuellement en prison, ont confié les travaux à une autre entreprise.

La nouvelle entreprise en charge du chantier a été appelée par le ministre à accélérer la cadence du travail pour livrer le projet dans les délais estimés à 12 mois. Les travaux consistaient notamment en des aménagements extérieurs, puisque 80 % des travaux ont été déjà finalisés par l'ancienne entreprise. Afin de superviser la cadence des travaux, le ministre de l'Habitat de l'Urbanisme et de la Ville et le wali de Tizi-Ouzou effectuent régulièrement des visites sur le chantier.

L'avancement des travaux du nouveau stade de Tizi Ouzou « peu satisfaisant »

C'était le cas le lundi 6 juin 2022, lorsque le ministre de l'Habitat Tarek Belaribi a effectué une visite d'inspection inopinée en fin de soirée au chantier du nouveau stade de Tizi-Ouzou. Sur chantier, « le ministre n'a pas manqué d'exprimer sa déception de constater que les travaux de voiries et réseaux divers (VRD) et les aménagements extérieurs ont atteint seulement un taux de 25 % », indique un communiqué publié ce mardi 7 juin par la cellule de communication de la wilaya de Tizi-Ouzou.

Le ministre, qui a rappelé que « toutes les contraintes ont été levées » et que « l'État a dégagé d'importantes enveloppes financières » pour la finalisation du nouveau stade de Tizi-Ouzou, a jugée l'avancement des travaux « peu satisfaisant », selon la même source. Le ministre a exigé à l'entreprise en charge du projet de « renforcer le chantier en moyens humains et matériels » et « d'accélérer la cadence des travaux en instaurant un travail d'équipe en permanence en système 3 fois 8 », ajoute le communiqué.

Le ministre, qui a insisté sur « le respect des délais de réalisation » par l'entreprise en charge du projet, a tenu à rappeler que cette dernière « n'obtiendra ni prolongation de délai ni avenant », selon la même source. Le représentant du gouvernement a également refusé le recours à l'importation des matériaux depuis l'étranger pour la finalisation des travaux du stade. « Il n'est pas question d'importer des matériaux fabriqués localement et qui sont disponibles sur le marché », a affirmé le ministre, selon la même source.