Les aéroports de Paris risquent une nouvelle paralysie après celle qu'ils ont connue jeudi 9 juin dernier. Un appel à une autre grève est lancé par l'intersyndicale du personnel de ces structures, qui ne décolèrent pas pour faire aboutir ses revendications. Elle prévoit ainsi un nouveau débrayage à partir du 1er juillet prochain.

Les aéroports Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly, notamment, ont connu une journée perturbée jeudi 9 juin à cause d'une grève de leurs personnels. À travers ce mouvement, ces derniers réclament une revalorisation de leurs salaires.

Une revendication qui n'a pas été décidément prise en charge, en dépit de la forte mobilisation qu'a connue cette grève. Une grève qui n'a d'ailleurs pas été sans conséquence puisqu'une centaine de vols ont été annulés jeudi et des attentes se sont considérablement allongées au niveau de ces deux structures.

Les travailleurs, qui veulent maintenir la pression sur leurs responsables pour accéder à leurs doléances, comptent revenir à la charge à travers un autre débraye prévu à partir du 1er juillet prochain. « Réunis en assemblée générale le vendredi 10 juin, les représentants des grévistes appellent à renforcer et élargir le mouvement en allant à la rencontre des salariés pour préparer les prochaines initiatives d'action: grève à partir du 1er juillet 2022 », indique un tract intersyndical repris par l'AFP.

Aéroports de Paris : Les travailleurs ne décollèrent pas

Les gestionnaires des aéroports de Paris (ADP) annoncent de leur côté que des négociations avec les représentants des salariés sont prévues le 14 juin prochain. Ces pourparlers ont cependant peu de chance d'aboutir, puisque l'ADP ne propose qu'une petite revalorisation des salaires estimée, selon certaines sources, à 0,5 %. Ce qui reste loin des exigences des protestataires qui veulent des augmentations de 300 euros pour tous les salariés y travaillant.

L'administration de l'ADP est appelée ainsi à faire un autre effort pour satisfaire les revendications des employés au risque de connaitre une autre journée compliquée en juillet prochain.