Le nouveau code des investissements, très attendu par les opérateurs économiques depuis plus de 2 ans, a été adopté par le dernier Conseil des ministres. Ce code contient plusieurs mesures incitatives pour les Algériens résidant à l'étranger. En effet, afin d'attirer les investisseurs algériens résidant à l'étranger ce nouveau code de l’investissement autorise à ses derniers de transférer leurs bénéfices. 

Ainsi, cette loi tant attendue contient des mesures pour encourager la diaspora algérienne à venir investir dans le pays. En plus des mesures incitatives pour les investisseurs en général, la diaspora bénéficiera de certaines facilitées particulières. Les autorités envisagent donc, à travers ce nouveau code de l'investissement, d'élargir le cadre de transfert des sommes investis et également les bénéfices de ces investissements à l'étranger pour ces Algériens non résidants.

Donc, en plus de la possibilité de bénéficier du foncier et également des facilités d’obtention des permis de construction, la diaspora algérienne pourra transférer les dividendes à l'étranger. Une mesure qui incitera ces Algériens à investir en Algérie. Cette loi permet également de réinvestir des fonds étrangers déclarés pour le transfert à l'étranger selon les lois en vigueur. Ce code garantit ainsi le transfert des fonds provenant de l'assainissement des investissements même si ces fonds dépassent les sommes investies.

À lire aussi :  Economie mondiale : Le FMI passe du pessimisme à l'optimisme pour 2023

Il faut rappeler que ce texte a pour principal objectif de relancer l'investissement après plusieurs années de déclin. Il contient plusieurs axes, dont la révision du rôle du CNI, en réhabilitant les missions et attributions organiques prévues lors de sa création, la mise en place d'une plateforme numérique de l'investisseur au niveau de l'Agence algérienne de promotion de l'investissement. Il a pour objectif également l'orientation des avantages et incitations exclusivement vers les investissements dans les secteurs prioritaires, la fixation des délais de réalisation des projets d'investissement et l'intégration d'une disposition se rapportant à l'information sur l'offre foncière en matière d'octroi et de disponibilité des terrains relevant du domaine privé de l'État.