Dans l'euphorie qui a suivi le lancement de la 19e édition des Jeux méditerranéens, le wali d'Oran n'a pas hésité à déclarer que l'Algérie « peut organiser la Coupe du monde de football et d'autres événements sportifs mondiaux ». Une déclaration qui n'est pas sans rappeler aux Algériens celle faite il y a quelques années par le défunt chef de l'État, Abdelaziz Bouteflika, sur la même question.

Après plusieurs années d’absence, l’Algérie renoue avec l’organisation d’un événement sportif d’une dimension internationale. Il s’agit de la 19e édition des Jeux méditerranés d’Oran, dont le coup d’envoi a été donné dans la soirée du samedi 25 juin. Cette manifestation sportive, qui a vu la participation de près de 4000 athlètes venus de 26 pays ; dont 19 ayant un accès sur la Méditerranée, sera clôturée le 5 juillet prochain.

Cette 19e édition des Jeux méditerranées à Oran, après celle de 1975 abrité par la ville d’Alger, est une occasion pour voir enfin l’Algérie renouer avec les manifestations sportives d’envergure. En effet, le dernier événement sportif organisé par l’Algérie remonte à l’année 1990 à l’occasion de la Coupe d’Afrique des nations (CAN). Une compétition qui s’est déroulée au niveau du stade du 5 juillet à Alger et de celui du 19 mai à Annaba, avec toutefois la participation de 8 sélections africaines seulement.

Depuis, l’Algérie n’a plus organisé une compétition sportive d’envergure. Il aura fallu attendre l’année 2022 pour voir enfin l’Algérie renouer avec ce genre d’événements à l’occasion de ces Jeux méditerranéens. Cet événement, attribué en 2015 à l’Algérie, devait avoir lieu en juin 2021, mais il a été reporté d’une année à cause de la crise sanitaire.

À lire aussi :  Quel est le problème de Bennacer avec l'AC Milan ?

« L’Algérie a les capacités d’organiser la Coupe du monde », selon le wali d’Oran

Un report qui s’est avéré salutaire pour les autorités algériennes, car la majorité des travaux au niveau des infrastructures dédiées à cet événement n'ont été achevés que récemment, soit à quelques jours du coup d’envoi de ces jeux. C’est le cas notamment du nouveau stade olympique d’Oran, qui n’a été réceptionné que quelques mois avant le début des Jeux. C’est aussi la même chose pour de nombreuses autres structures, à l’instar du village olympique qui devait abriter les participants ainsi que plusieurs salles de sport dédiées à ces jeux.

Il aura donc fallu une course contre la montre et surtout l’implication directe des hautes autorités de l’État pour voir enfin la ville d’Oran sur son 31, afin d'accueillir l'événement le jour J. Le 25 juin a lieu alors une grandiose cérémonie d’ouverture abritée par le nouveau stade d’Oran et retransmise en direct à la télévision. Une cérémonie largement commentée sur les réseaux sociaux et qui a eu un écho favorable chez la majorité des internautes en Algérie.

Porté par l’euphorie de la cérémonie d’ouverture de ces Jeux méditerranéens organisés dans la wilaya qu’il dirige, le wali d’Oran a fait, le 27 juin, une annonce qui a suscité de nombreux commentaires chez les Algériens. S’exprimant aux journalistes à l’occasion de sa visite de certains lieux touchés par le séisme qui avait frappé la wilaya dans la nuit du 26 juin, le wali d’Oran, qui s’est félicité de la réussite du coup d’envoi des Jeux méditerranées, n’a pas hésité à affirmer que « l’Algérie a les capacités d’organiser la Coupe du monde de football et d’autres manifestations sportives internationales ».

À lire aussi :  Un autre club français s'intéresse à Islam Slimani

La sortie du wali d’Oran rappelle celle d’Abdelaziz Bouteflika en 2009

La vidéo de la déclaration du wali d’Oran, Saïd Sayoud, a été largement partagée sur les réseaux sociaux et a suscité de nombreux commentaires des internautes. La majorité d’entre eux ont tenu à rappeler les propos tenus par le défunt chef de l’État Abdelaziz Bouteflika, à ce sujet. C’était en 2009, lorsque Abdelaziz Bouteflika, qui s’exprimait sur la question des infrastructures sportives en Algérie, avait fait une déclaration qui reste toujours gravée dans les mémoires. « Ce que mes compatriotes ignorent, c’est que l’Algérie a la capacité d’organiser deux Coupes de monde, pas une », lançait le prédécesseur de Abdelmadjid Tebboune à la tête de l’État.

Cette déclaration, qui remonte à 13 longues années, vient d’être ressuscitée par l’actuel wali d’Oran, alors que la situation des infrastructures sportives en Algérie est presque toujours la même. Les nouveaux stades de Tizi-Ouzou, Baraki et Douéra, dont le lancement des travaux remonte justement à l’époque du défunt chef de l’État Abdelaziz Bouteflika, ne sont toujours pas réceptionnés. « Au moment où le Qatar a construit 6 nouveaux stades en moins de six années pour le Mondial 2022, l’Algérie est incapable d’achever les travaux de 3 stades depuis plus de dix ans », s'insurge un internaute.

À lire aussi :  Quel est le problème de Bennacer avec l'AC Milan ?

Pour de nombreux Algériens, l’organisation d’une Coupe du monde de football nécessite au moins 8 stades aux normes internationales sans oublier bien entendu toutes les infrastructures annexes à l’instar des hôtels et des moyens de transport. « Le wali d’Oran doit savoir que l’organisation des Jeux méditerranéens diffère de celle d’une Coupe du monde football. Cette compétition attire des millions de supporters des pays qualifiés, contrairement aux Jeux méditerranéens qui n’intéressent que les athlètes participants », écrit un internaute.

« Il faut arrêter de mentir aux Algériens. On n’arrive même pas à organiser une Coupe d’Afrique des nations avec 24 équipes et vous dites que l’Algérie est capable d’organiser une Coupe du monde avec 36 nations », lance un autre internaute. « Au lieu de parler de l’organisation de la Coupe du monde, et nous rappeler la blague de Abdelaziz Bouteflika, vaut mieux se mettre au travail et achever les stades dont les travaux sont lancés depuis plus de 10 ans », ajoute-t-il.