La Grande mosquée de Paris est montée au créneau, cette semaine, pour dénoncer la nouvelle procédure adoptée pour l'attribution des visas dans le cadre du hajj 2022 aux membres de la communauté musulmane établis en France. Dans un communiqué publié sur son site, elle a regretté que ce nouveau système n'ait pas fait l'objet d'explications préalables. 

En prévision du pèlerinage 2022, « les autorités saoudiennes ont décidé, début juin, d’organiser un nouveau système de demandes de visa », a indiqué la Mosquée de Paris dans son communiqué, signé par son recteur Chems-eddine Hafiz. « Pour accomplir le Hajj, les musulmans de France ont dû passer par la plateforme numérique Motawif, mise en place par les autorités saoudiennes », explique la même source.

Les autorités saoudiennes n'ont décidément pas jugé utile d'expliquer aux membres de la communauté musulmane la nouvelle procédure. C'est ce qu'a indiqué la Grande mosquée de Paris dans son document. « La Grande Mosquée de Paris, considérant les difficultés engendrées par ce nouveau système, a mis en œuvre une communication adaptée pour donner les explications nécessaires aux fidèles désorientés par la carence d’informations ces dernières semaines », lit-on dans le communiqué de la mosquée.

Hajj 2022 : 9200 visas accordés pour la communauté musulmane de France

« Il est regrettable, ajoute-t-il, que ce changement important et soudain de la procédure n’ait pas fait l’objet d’une communication suffisante en direction des musulmans de France ». Le Recteur de la Grande mosquée de Paris a affirmé par ailleurs qu'il « a été constaté que le nombre de visas accordés à la France a été drastiquement réduit ».

À lire aussi :  Agression de Salman Rushdie : Ce que l'on sait et son état de santé

Il est à souligner que 9200 visas ont été accordés à la communauté musulmane en France pour le pèlerinage 2022. La Grande mosquée de Paris a fait savoir, en outre, que « cette plateforme est maintenant fermée et aucune délivrance de visas n’est désormais possible ». Pour conclure, Chems-eddine Hafiz dit espérer que « les autorités saoudiennes sauront à l’avenir, et pour le bien des musulmans, tirer toutes les conséquences des difficultés occasionnées par le nouveau système de délivrance des visas et en augmenter le nombre ».