Afin de promouvoir la langue berbère au Maroc, un groupe de député au Parlement marocain a fait une proposition de loi pour exiger de tout demandeur de la nationalité marocaine « la maîtrise de Tamazight ». Le but d'une telle loi, selon ses initiateurs, serait la « reconnaissance de tamazight et lui accorder la place qu’elle mérite au Maroc en tant que deuxième langue officielle du pays, aux côtés de l’arabe ».

Après des décennies de lutte de ses militants, le berbère (tamazight) a été reconnu en 2011 comme langue officielle au Maroc, aux côtés de l’Arabe. Mais le Maroc peine encore à accorder une place à cette langue maternelle d’une frange importante de sa population. C’est d’ailleurs le même constat en Algérie, où l’officialisation de Tamazight n’est pas suivie par des actes de la part de l’État pour sa promotion au niveau national.

Au Maroc comme en Algérie, mais aussi dans les deux autres pays de l’Afrique du Nord – à savoir la Libye et la Tunisie –, de nombreuses voix s’élèvent chez les défenseurs de la langue amazighe pour que cette dernière retrouve la place qui lui sied dans la société. Cela passera par des décisions politiques, estiment les promoteurs de cette langue, à travers notamment la promulgation de lois pour sa généralisation dans l’enseignement et la mise en place des procédures de sa promotion au niveau institutionnel[1]L'usage de Tamazight au Parlement marocain suscite la polémique.

Nationalité marocaine : Un groupe de députés exige aux demandeurs la maîtrise de tamazight

C’est dans cette optique que le groupe des députés du Parti l’Istiqlal (PI) au parlement marocain a proposé une loi exigeant de tout demandeur de la nationalité marocaine la maîtrise de la langue amazighe aux côtés de l’autre langue officielle ; l’arabe. Une proposition qui se veut comme une reconnaissance de tamazight comme langue officielle réelle.

En effet, dans un texte déposé le 14 juillet[2][PDF] Proposition de loi 2022-139, Chambre des représentants, Maroc au bureau de la Chambre des représentants (Parlement marocain), le groupe des députés de l’Istiqlal propose un amendement à l’article 11 du Dahir royal 1.58.250 portant code de la nationalité marocaine, publié le 6 septembre 1958. La proposition de loi des députés de l’Istiqlal « exige » des demandeurs de la nationalité marocaine une « maîtrise suffisante de la langue amazighe comme cela est exigé par la loi  pour la langue arabe », précise l’amendement.

Le groupe des députés du parti l’Istiqlal justifie sa proposition par sa volonté d’ « accorder à Tamazight, la deuxième langue officielle au Maroc, la place qu’elle mérite, conformément à la constitution du 1er juillet 2011 ». L’amendement déposé par le groupe des députés de l’Istiqlal n’a pas encore fait l’objet d’un examen par les membres de la Commission de Justice, de législation et des droits de l’Homme au Parlement.