L'économie mondiale va mal. L'Europe est le continent le plus touché par la crise économique en raison de la guerre en Ukraine. La monnaie unique européenne subit donc de plein fouet cette crise. En effet, l'euro accentuait ses pertes face au dollar et aux autres valeurs refuge. La monnaie européenne a été mise à mal par la perspective d'une offre en gaz réduite, tandis que la Fed, aux États-Unis, s'apprête à relever ses taux.

Ainsi, les menaces russes sur les livraisons du gaz à l'Europe ont eu raison de la valeur de l'euro. La nécessité que l'Europe doive faire l'impasse sur les livraisons du gaz russe risque donc de faire plonger l'économie européenne. En conséquence, l'euro a perdu  0,96 % de sa valeur face au dollar. Il s'échange à 1,0122 dollars sur les marchés financiers. L'euro a également reculé devant les autres devises, qui deviennent des valeurs refuges.

Dans ce contexte, les ministres de l'Énergie de l'Union européenne, réunis à Bruxelles, se sont accordés pour réduire leur consommation de gaz de façon coordonnée et voler ainsi au secours de l'Allemagne. La veille, le géant gazier russe Gazprom, qui avait repris ses livraisons vers l'Allemagne par le gazoduc Nord Stream, a annoncé de nouvelles coupures drastiques à partir du 27 juillet. Ces nouvelles décisions ont fait grimper les prix du gaz, impactant considérablement l'économie européenne et sa monnaie unique.

Selon Lee Hardman, analyste chez MUFG « ces développements prouvent à nouveau que la Russie utilise les livraisons de gaz comme une arme de guerre pour répondre aux pays européens ». Il ajoute : « nous pensons toujours que la faiblesse de l'euro pourrait s'accentuer si le risque d'une récession augmente en zone euro ». « L'euro est également sous pression, car il est de plus en plus évident qu'une économie qui ralentit va rendre le travail de la Banque centrale européenne (BCE) difficile, si elle doit remonter ses taux en plein hiver », a expliqué Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Il faut dire que le recule de l'euro a un impact sur le pouvoir d'achat des Européens et bénéficie aux pays dont les exportations sont faites en dollar, tels que l'Algérie qui exporte son pétrole et gaz en dollar[1]Taux de change : Qui bénéficie de la parité euro-dollar ? et qui importe de l'Union européenne en euro.