Un imam marocain accusé d’avoir tenu des « propos haineux » et prôné un discours « contre les valeurs de la République » sera expulsé de France. L'annone a été faite ce jeudi 28 juillet 2022 par le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin.

L'imam marocain, Hassan Iquioussen sera « expulsé du territoire français », a déclaré Gérald Darmanin ce jeudi 28 juillet sur son compte Twitter. Résidant dans le nord de la France et connu pour ses vidéos sur YouTube et les réseaux sociaux, ce « prédicateur tient depuis des années un discours haineux à l'encontre des valeurs de la France, contraire à nos principes de laïcité et d'égalité entre les femmes et les hommes », a précisé le ministre de l'Intérieur.

Cette décision intervient après un examen détaillé, le 22 juin dernier par la Préfecture du Nord, des prises de position de cet imam marocain, qui avait demandé un renouvellement de son titre de séjour de dix ans arrivant à expiration, indique Le Point. « Le préfet du Nord s'est déplacé en personne pour plaider le dossier devant les magistrats avec l'appui sans réserve du ministre de l'Intérieur », ajoute la même source, qui indique qu'un avis favorable a été donné après l'examen du dossier.

La préfecture du Nord a décortiqué les déclarations de l'imam « sur un certain nombre de sujets de société, comme les rapports entre la charia et les lois républicaines ou encore l'égalité entre les sexes », précise la même source. L'étude des vidéos réalisées par l’imam Iquouissen et suivies par des milliers de fidèles sur les réseaux sociaux a été « accablante ».

À lire aussi :  Angleterre : Un club de football ouvre des salles de prière durant les matchs

Plusieurs griefs retenus par la préfecture du nord contre l’imam marocain

En effet, l'imam marocain affirme à plusieurs reprises dans ses vidéos que « la charia doit guider les comportements des croyants dans tous les aspects de leur vie, privée ou publique ». Quant à la femme, elle doit selon ce prédicateur marocain « tout faire pour essayer de plaire à son mari » et accepter qu'il « tombe en martyr ».

Dans une séquence de ses vidéos, l’imam marocain explique avec précision « la méthode à suivre pour obtenir des créneaux séparés dans les piscines » et en passant par « l'étape du burkini ». Une démarche « scrupuleusement mise en œuvre à Grenoble par l'Alliance citoyenne ».

Le Préfet du Nord a aussi insisté sur l'antisémitisme de l'imam marocain. Ce dernier avait tenu en 2004, 2005 et 2014, des propos qui ciblaient « expressément les Juifs et non pas l'État d'Israël ou le sionisme », rapporte le Point. Hassan Iquioussen décrivait les Juifs  comme « ingrats », « avares » et vivants « entre eux dans des ghettos ».