L'instabilité dans la programmation des éditions de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) n'est pas faite pour plaire aux dirigeants des clubs européens. Et de temps en temps, ils ne se privent pas de rappeler leur mécontentement du déroulement de la CAN au milieu de la saison, privant les clubs de leurs joueurs pendant tout un mois.

C'est le cas, cette fois-ci, du président du club italien du SSC Napoli, Aurelio De Laurentiis, qui s'est exprimé dans l'émission Smart Talk de Wall Street Italia, diffusée mardi 2 août. Il n'a pas manqué d'exprimer sa désapprobation quant à l'organisation, en janvier, des phases finales de la Coupe d'Afrique des nations, comme c'est le cas de la précédente, en janvier 2022 au Cameroun, et de la prochaine, en janvier 2024 en Côte d'Ivoire.

Le mécontentement est tel qu'il a décidé de ne plus recruter des joueurs africains, à moins qu'ils renoncent à la participation avec son équipe nationale à la CAN organisée en hiver. "Ne me parlez plus des footballeurs africains. Je n’en prendrai plus, tant que la Coupe d’Afrique des nations sera organisée au milieu de la saison. Sauf s’ils renoncent à la disputer", s'est en effet insurgé le président du SSC Napoli qui emploie entre autres l'Algérien Adam Ounas, mais aussi le Nigérian Victor Osimhen et le Camerounais André-Frank Zambo Anguissa.

À lire aussi :  France ou Algérie ? Nabil Fekir explique son choix de nationalité sportive

La décision de De Laurentiis fera-t-elle effet boule de neige ?

Il reste à espérer que cette décision d'Aurelio De Laurentiis ne fasse effet boule de neige parmi les décideurs au sein des clubs européens. Car dans ce cas, ce sont les joueurs africains qui seront sanctionnés, autant que les sélections du continent. De nombreux clubs risquent de ne plus engager les joueurs du continent noir et de subir la pression de leurs clubs pour les empêcher de disputer les phases finales des CAN.

Ce n'est pas la première que cette programmation de la CAN fait grincer des dents en Europe. En janvier 2020, c'est l'entraîneur allemand du club anglais de Liverpool, Jürgen Klopp qui a dénoncé le déroulement de la CAN en janvier, après le report de l'édition camerounaise de juin 2021 à janvier/février 2022. "C'est pour nous une catastrophe", avait-il affirmé estimant que cette décision sanctionnait les clubs employeurs mais aussi les joueurs eux-mêmes.

"Si nous devons prendre une décision pour faire venir un joueur, c'est une décision importante", avait précisé le coach allemand des Reds, et d'ajouter : "Vous savez que pendant quatre semaines, vous ne les avez pas. En tant que club, vous devez y réfléchir. Ça n'aide pas les joueurs africains". Les mécontents sont de plus en plus nombreux et s'expriment de plus en plus contre la CAN en hiver. Que fera la Confédération africaine de football (CAN) pour défendre les joueurs africains ?