Toute la Tunisie est sous le choc. Un jeune footballeur professionnel évoluant au sein du CS Sfaxien a traversé la Méditerranée harraga à bord d'une embarcation de fortune. Selon l'agence de presse italienne, ANSA, le gardien de but du Club sportif sfaxien, Mohamed Ali Chelbi, a embarqué début août sur un bateau de migrants pour rejoindre l'Italie.

La même source fait savoir que le jeune footballeur professionnel Mohamed Ali Chebli a lui-même annoncé la nouvelle de son départ, et ce, en publiant une photo de lui sur les réseaux sociaux, alors qu'il se trouvait parmi des harraga à bord d'une embarcation se dirigeant vers l'Italie. La publication du gardien de but du CS Sfaxien date du samedi 6 août, mais la confirmation est venue plus tard quand le footballeur a appelé son père pour lui annoncer la nouvelle.

La situation économique difficile que vit la Tunisie nourrit l'incertitude et le manque de perspectives au sein de la jeunesse tunisienne. Et cette situation semble s'être répercutée sur certains clubs de football, dont le CS Sfaxien, qui fait partie des meilleurs clubs de Tunisie. D'ailleurs, selon certains médias africains, y compris tunisiens, les joueurs du CSS sont restés plusieurs mois sans salaires, au point où la direction du club a fait appel à la Fédération tunisienne de football pour qu'elle règle certains litiges financiers pour que le club puisse participer à la saison prochaine.

À lire aussi :  Le départ de Youcef Belaïli fait perdre des abonnés au Stade brestois 29

Le jeune footballeur Mohamed Ali Chelbi dénonce l'injustice en Tunisie

« Nous sommes sous le choc et j'aurais aimé qu’il me parle de ses problèmes », a déclaré à la radio tunisienne Mosaïque FM l’entraîneur du CS Sfaxien, Moez Triki, rappelant que le jeune portier ne pourra pas signer avec un autre club sans un accord de la direction du club tunisien. C'est le contrat que Mohamed Ali Chelbi a signé qui le dit clairement, rappelle-t-il.

« J’ai choisi l’immigration clandestine à cause de l’injustice que j’ai subie en Tunisie. J’ai déposé une demande de visa et on me l’a refusée. J’ai des offres en Italie et là, je suis dans un centre d’accueil », a expliqué le joueur depuis l’Italie dans une interview à la même radio, qui a également fait parler le père du gardien du CSS. Zouhaïer Chelbi, le père du footballeur, affirme ne pas être au courant des projets de harga de son fils, mais ne manque de rappeler l'injustice qu'il a subie en Tunisie et qui l'a poussé vers l'embarcation des harraga.

« Je n’étais pas au courant que mon fils avait décidé d’émigrer clandestinement. Il m’a appelé vendredi pour dire qu’il est arrivé en Italie. On a essayé pas mal de fois d’avoir un visa, mais en vain. Il a reçu des invitations pour effectuer des essais dans 4 clubs en Italie », a-t-il précisé, ajoutant que son fils « a subi une injustice incompréhensible au CS Sfaxien et au sein de l'équipe nationale. Il en a eu marre. Il ne veut pas revenir en Tunisie. L'équipe nationale a choisi les gardiens de but d'une manière injuste. Mon fils a beaucoup souffert ».