Avec la réouverture des frontières aériennes et maritimes, de nombreux Algériens de l'étranger sont rentrés au pays pour y passer leurs vacances estivales et s'apprêtent désormais à quitter le pays pour retourner chez eux. Une majorité prendra le bateau depuis les ports algériens à destination de ceux de France, d'Espagne et d'Italie.

Ces voyageurs algériens s'interrogent sur la réglementions en vigueur en Algérie concernant les produits qui sont interdits à l'exportation vers l'étranger. Certains internautes sont d'ailleurs allés jusqu'à affirmer que les douanes algériennes saisissent tous les produits qu'ils trouvent chez les voyageurs au niveau des ports algériens. D'autres, par contre, affirment le contraire en expliquant que les agents des douanes appliquent uniquement le règlement concernant les produits « prohibés » à l'exportation.

Selon la douane algérienne[1]Les marchandises interdites ou suspendues à l'importation et à l'exportation, Douane algérienne, sont considérées comme « prohibées » toutes marchandises dont « l'exportation est interdite » à quelque titre que ce soit. Par conséquent, la marchandise destinée à l'exportation doit être considérée comme prohibée si, lors de la vérification, il est constaté que : elle n'est pas accompagnée d'un titre, d'un certificat ou d'une autorisation régulière ; elle est présentée sous le couvert d'une autorisation ou d'un certificat non applicable ; les formalités particulières n'ont pas été régulièrement accomplies, selon la douane.

Voici la liste des produits interdits à l'exportation, selon la douane algérienne

Sur le site de la douane algérienne, une liste non exhaustive de produits interdits à l'exportation a été publiée. On y trouve notamment les produits alimentaires dont les prix sont subventionnés par l'État. Il s'agit des produits suivants : le blé dur, le blé tendre, l'orge, la semoule, la farine, les pâtes alimentaires, le couscous, le lait pasteurisé conditionné en sachet, à l'exception des produits confectionnés avec des céréales importés sous le régime du perfectionnement actif.

La liste des produits interdits à exporter par les voyageurs contient aussi le corail à l'état brut ou semi-fini, l'exportation d'or au-delà de 150 grammes, les motocyclettes et vélos usagés, les matériels électroménagers usagés et les meubles usagés. Il est également interdit d'exporter les animaux des espèces protégées, sauf animaux accompagnés d'un carnet CITES. Le voyageur est également soumis à l'interdiction d'exporter plus de 10'000 dinars algériens. Néanmoins, les ressortissants algériens ont l'autorisation de transporter le montant de 1000 € (pour les Algériens) ou 5000 € (pour les étrangers) sans avoir à faire une déclaration aux services de douane[2]Algérie : Voici les montants en devise que les voyageurs peuvent transporter avec et sans déclaration douanière.

D'autre part, et afin de garantir la disponibilité des produits nécessaires dans le marché national durant la crise de la pandémie du coronavirus, le gouvernement  a publié, le 26 août 2020, la liste révisée des produits suspendus à l'exportation[3][PDF] Liste révisée des produits suspendus à l'exportation, ALGEX. En effet, il est interdit d'exporter toutes sortes de semoule, la farine, le sucre et les huiles de soja. Outre ces denrées alimentaires de première nécessité, il est également interdit d'exporter les pâtes alimentaires, l'ail, les masques de protection et les gels et savons liquides pour les mains.