La France traverse une période de crise qui a durement impacté le pouvoir d'achat des ménages. La croissance est en berne et l'inflation est galopante en raison de la guerre en Ukraine qui a fait flamber les prix de l'énergie. Afin d'atténuer les effets de cette crise, le gouvernement français a pris plusieurs mesures. Des mesures entérinées au parlement. 

Parmi ces mesures, certaines sont rentrées en vigueur et d'autres le seront à l'avenir. Il s'agit notamment du triplement de la prime dite « prime Macron ». C'est une prime exceptionnelle de pouvoir d'achat exonérée d'impôt sur le revenu et de cotisations et contributions sociales dont le plafond sera triplé. Ainsi, les entreprises pourront allouer jusqu'à 3000 euros à leurs salariés (6000 euros pour celles ayant un dispositif d'intéressement ou de participation). Dans le secteur privé, cette prime sera instaurée sous la forme d'une « prime de partage de la valeur ». Elle sera uniquement exonérée de cotisations sociales (jusqu'à 3000 euros et 6000 en cas d'accord d'intéressement).

France : Aide pour faire face à la flambée des carburants

Pour faire face à la flambée des prix des carburants, le gouvernement a mis en place une remise. Plus précisément il a décidé de prolonger la remise sur les carburants, fixée à 30 centimes le litre en septembre-octobre, puis 10 centimes par litre en novembre et décembre 2022. En contrepartie, ce gouvernement instaure aussi une compensation financière pour les petites stations-service. Cette aide à l'achat de carburants sera effective  jusqu'au 31 décembre 2022.

À lire aussi :  Jusqu'à quand l'euro va continuer à chuter devant le dollar et le dinar ?

Revalorisation des retraites en France

Le gouvernement a également décidé de revaloriser les pensions de retraite et d'invalidité des régimes de base. Elles sont revalorisées à hauteur de 4 % rétroactivement depuis le 1er juillet. Quant aux prestations familiales et minima sociaux, revenus de solidarité active (RSA), allocations aux adultes handicapés (AAH) et allocations de solidarité aux personnes âgées (Aspa), elles sont également revalorisées de 4 %. Les bourses sur critères sociaux pour les étudiants vont aussi bénéficier de cette hausse.

En parallèle à ces hausses un peu plus de 10,8 millions de foyers modestes percevront à partir du 15 septembre une aide exceptionnelle de 100 euros. Cette aide sera accompagnée de 50 euros par enfant à charge pour ces foyers. Les bénéficiaires des minima sociaux (comme le RSA ou l'allocation aux adultes handicapés) ainsi que les étudiants boursiers bénéficieront également de cette aide. Il faut ajouter à ces aides l'allocation de rentrée scolaire (ARS), dont une première partie est versée avant la rentrée, sous conditions de ressources. Elle a été revalorisée de 4 % (376,98 euros par enfant de 6 à 10 ans, jusqu'à 411,56 euros de 15 à 18 ans). La deuxième partie de cette aide sera versée le 15 septembre.