Un étudiant algérien s'est distingué avec un geste de grande classe au Portugal où il poursuit son cursus universitaire. Répondant au nom de Boussad, il a laissé son appartement à la disposition d'une compatriote également étudiante et s'est rendu chez sa famille à Paris.

Plusieurs étudiants algériens quittent chaque année le pays pour se rendre en Europe et y poursuivre leurs études. Ce départ en quête d'un meilleur avenir constitue une véritable aventure pour certains d'entre eux. Sans moyens, ces derniers se retrouvent livrés à eux-mêmes dans leurs pays d'accueil. Heureusement pour eux, il y a des âmes charitables qui viennent à leur secours et les aident pour surmonter la dure épreuve.

C'est le cas de cet étudiant algérien qui s'est distingué avec un beau geste envers une compatriote qui est venue s'inscrire à Lisbonne. Le jeune homme a fait preuve d'une générosité exemplaire. Selon le député de l'émigration Abdelouahab Yagoubi qui a fait part de cet acte, l'étudiant prénommé Boussad, inscrit également à Lisbonne, a laissé son logement à la disposition d'une étudiante et est rentré chez sa famille à Paris, en France.

L'étudiant algérien laisse son appartement au Portugal à la disposition d'une compatriote

"Boussad est vraiment un modèle-type de la générosité algérienne. Il a offert son logement à une étudiante algérienne arrivée après lui à Lisbonne (Portugal) et s’est déplacé chez sa famille à Paris en attendant qu’elle obtienne un logement. Son geste a été vite récompensé par une admission dans une université francilienne", a écrit, samedi 17 septembre, le parlementaire dans une publication sur sa page Facebook.

À lire aussi :  France : Plainte pour discrimination raciale contre deux plages privées

Selon la même source, Boussad "était inscrit en Master en Ukraine et a dû quitter après l'invasion russe de ce pays".  Le parlementaire a souligné par ailleurs que sa visite en France où il a rencontré cet étudiant "était une bonne occasion de suivre l'actualité de nos étudiants et leur arrivée dans les universités d’accueil dans différents pays européens". Il a affirmé d'ailleurs qu'il y avait "des soucis pour quelques étudiants en médecine".