Rien ne va plus pour l'économie européenne. Les peurs de récession sont plus que jamais présentes. Cette situation a fait plonger les devises fortes du continent. La livre et l'euro sont maintenant à des niveaux qu'on n’a pas vus depuis des décennies face au dollar. L'euro a aussi atteint un niveau très bas devant le dinar algérien.

En effet, l'euro a atteint 0,9690 dollar ce samedi 24 septembre et 138,60 dinars à l'achat ainsi que 135,67 dinars à la vente, selon les cotations de la Banque d'Algérie. Ainsi, l'euro continu dans sa tendance baissière. Il bat des records historiques de baisse. La monnaie européenne est durement impactée par la guerre en Ukraine qui a fait exploser les prix de l'énergie.  Les devises européennes souffrent également des craintes de récession, tandis que le billet vert américain profite des inquiétudes géopolitiques alimentées par Moscou. La livre et l'euro sont donc directement affectés par la flambée du cours du gaz depuis le début de la guerre en Ukraine, ce qui a fait que les économies européennes accumulent les signes de faiblesse.

Depuis le début de cette guerre, l'activité économique dans la zone euro connait un recul qui s'accélère de plus en plus, notamment dans le secteur privé. Cette situation se complique par la fuite des investisseurs, qui se détournent de l'euro et de la livre. Par ailleurs, le dollar profite de cette crise et gagne du terrain face aux devises européennes.

Baisse de l'euro : Qu'en est-il du dinar ?

Concernant le dinar, sa hausse sur le marché officiel est due à plusieurs paramètres. Il s'agit du contexte économique mondial et des marchés financiers qui ont eu un impact sur la valeur de la monnaie nationale, et surtout de l'embellie financière de l'Algérie qui profite de la hausse des prix des hydrocarbures pour réapprécier la valeur du dinar. Une appréciation qui a également pour objectif d'endiguer les effets de l'inflation.

Le Dinar tire donc son épingle du jeu. Il est réapprécié par rapport aux devises fortes, notamment l'euro et le dollar. Cependant, du fait que structurellement l'économie algérienne est dépendante des hydrocarbures, le risque de l'effondrement de leur prix en raison d'une récession mondiale peut impacter la valeur du dinar négativement.