Décidément, le marché de l'immigration clandestine est devenu très lucratif, non seulement pour les passeurs qui s’en mettent plein les poches, mais aussi pour les escrocs qui vendent du rêve « à l'état pur ». En effet, offrir des places sur des embarcations qui ne quitteront jamais les rivages de la rive sud de la Méditerranée est, de nos temps, un « commerce » profitable. Les victimes : des jeunes prêts à payer cher pour vivre sous d’autres cieux.

La dernière escroquerie en date a été enregistrée à Oran, exactement à la daïra d’Ain Turk, où les services de sécurité ont pu mettre la main sur un réseau d’escrocs dont la spécialité est d’arnaquer des jeunes en leur promettant de leur faire traverser la Méditerranée contre des sommes considérables. Les services de sécurité, après une descente surprise, ont pu arrêter cinq individus faisant partie du réseau en question. À en croire le journal arabophone Ennahar, qui a donné l’information, de grandes sommes d’argent ont été saisies suite à cette opération.

69 à 180 millions de centimes pour une traversée qui n'aura pas lieu

Selon les informations collectées par ce journal, le réseau a été démantelé suite à des plaintes de nombreuses victimes. Celles-ci, à croire les services de sécurité, auraient été dépouillées de sommes allant de 69 à 180 millions de centimes (690 000 dinars à 1 800 000 dinars). Les services de sécurité ont annoncé avoir ouvert une enquête approfondie qui a permis d’identifier les cinq membres du réseau. Après avoir obtenu l’autorisation du procureur du tribunal territorialement compétent, les services de sécurités ont procédé à l’arrestation des suspects.

Rappelons que ce n’est pas la première fois que des candidats à l’immigration clandestine ont été victimes de ce genre de réseaux. Si quelques affaires ont été révélées au grand public, après que des plaintes ont été déposées, d’autres resteront à jamais dans l’ombre. En effet, l’acte de la harga étant criminalisé, rares sont les victimes qui s’avisent à avertir les services de sécurité. D’ailleurs « opérer dans le prohibé » est souvent la devise des escrocs qui se croient malins.