Le Maroc avait décidé de rendre légal l'usage thérapeutique et scientifique du cannabis en votant une loi le 11 mars 2021. Un peu plus d'une année plus tard, le Royaume chérifien a renforcé son arsenal juridique relatif aux usages licites du cannabis. Le gouvernement a pris 6 nouvelles décisions en juin 2022 pour compléter la loi légalisant l'utilisation de cette substance. Elles concernent la méthode de remise des licences liées aux utilisations légitimes du cannabis, les méthodes de récolte et de destruction des impuretés, l'approbation des semences et des plants, la déclaration des dommages et autres.

La législation marocaine avait prévu les conditions et modalités d'agrément des graines et semis du cannabis par l'Agence nationale de réglementation des activités liées au cannabis[1]Le Maroc renforce sa législation sur la légalisation du cannabis. Quelques semaines après sa création, cette agence a entamé l'octroi d'autorisations. En effet, elle a annoncé avoir délivré 10 autorisations d’exercice, conformément aux dispositions légales en vigueur.

Industrie du cannabis : des autorisations seront délivrées au fur et à mesure

ANRAC indique que ces premières autorisations concernent les activités de transformation et de fabrication du cannabis, ainsi que de commercialisation et d’exportation du cannabis et de ses produits à des fins médicales, pharmaceutiques et industrielles. Elle précise que ces attributions s'inscrivent dans le cadre de la mise en application des dispositions de la loi no. 13-21 relative aux usages licites du cannabis.

Cette agence annonce également qu'elle lancera, par la suite, le processus d’autorisation des agriculteurs installés dans le périmètre réglementaire (provinces d’Al Hoceima, Chefchaouen et Taounate) pour exercer l’activité de culture et de production du cannabis dans le cadre de coopératives agricoles. L'ANRAC révèle que ces acteurs seront autorisés de façon progressive sur la base des besoins exprimés par les industriels autorisés.

Rappelons qu'en mars 2021, les membres du Conseil du gouvernement marocain ont adopté le projet de loi sur la légalisation de l'usage du cannabis au Maroc à des fins thérapeutiques et scientifiques. Une loi qui a suscité une grande polémique dans le Royaume. Il faut dire que cette décision devait permettre au Maroc, un des principaux pays producteurs de cannabis au monde, de réguler la grande manne financière que génère cette industrie. D'après une étude publiée en 2020 par le réseau indépendant « Initiative mondiale contre la criminalité transnationale organisée », la culture du cannabis, estimée à plus de 700 tonnes annuelles, rapporterait au Maroc pas moins de 23 milliards de dollars par an.