La compagnie Air Algérie est au cœur d’un scandale qui risque de ternir encore son image déjà peu reluisante auprès de l'opinion publique. Selon de sources médiatiques, Air Algérie est secouée par plusieurs affaires de corruption, entrainant la comparution de plusieurs de ses cadres devant la justice, alors que d’autres se retrouvent en prison.  

Le quotidien arabophone Echorouk[1]فضيحة مدوية بالجوية الجزائرية ومسؤولون في عين الإعصار!, Echorouk a révélé dans son édition du mercredi 5 octobre que les services de sécurité ont ouvert des enquêtes approfondies concernant des affaires de corruption au sein de la compagnie aérienne Air Algérie. Ces enquêtes, qualifiées de « premières du genre » par le quotidien, ont conduit de nombreux cadres d’Air Algérie devant les tribunaux alors que d’autres se sont retrouvés aux prisons d’El Harrach et de Koléa, selon la même source.

Les enquêtes ayant ciblé Air Algérie ont été confiées à trois autorités judiciaires, en raison du dossier. Il s'agit du tribunal pénal du pôle économique et financier de Sidi M'hamed qui s’occupera du volet lié aux contrats d'approvisionnement du service de maintenance en pièces détachées d'avions, où des violations à la loi ont été enregistrées lors de la sélection des fournisseurs et de l’attribution des contrats.

3 dossiers de corruption ciblant Air Algérie devant la justice

Des violations qui ont coûté à Air Algérie des sommes énormes en dollars, selon la même source qui rapporte que d’autres violations à la loi ont été également constatées, notamment le recours à la surfacturation au niveau de la commission d'étude des prix pour les marchés étrangers pour l'achat de pièces détachées et de moteurs. L’enquête a également établi le recours à la surfacturation par certains responsables de la base de maintenance d’Air Algérie, dont le principal accusé est le fils d’un haut responsable et ancien chef d’un parti politique.

Le deuxième dossier lié à la corruption au niveau d’Air Algérie a été déféré au tribunal de Bir Mourad Rais à Alger. Il s'agit du dossier relatif au cahier des charges pour l'acquisition des avions. Une affaire qui a entrainé en prison plusieurs membres de la commission des marchés à Air Algérie, tandis que l'un des directeurs de la compagnie a été empêché de voyager, alors qu'il devait se rendre à Montréal (Canada), pour des raisons liées à cette affaire, rapporte encore Echorouk.

La troisième affaire de corruption secouant Air Algérie a vu son dossier transféré au bureau du juge d'instruction près le tribunal militaire de Blida. La raison de ce transfert est liée au fait que l'un des accusés dans cette affaire est un officier supérieur de l'ANP.  Selon les procédures en vigueur, l’enquête complémentaire se fera chez le juge d'instruction près le tribunal militaire de première instance, explique la même source.