Une lycéenne musulmane trouve son coran déchiré et son voile jeté à la poubelle

Une musulmane avec un coran

Les actes contre les musulmans se multiplient ces dernières années en France. Des faits sont régulièrement rapportés par des médias, comme cette affaire d’une jeune musulmane élève dans un lycée de Caen. La jeune lycéenne a été victime d’un acte à caractère islamophobe, rapportent le 15 octobre plusieurs médias français.

Alors que l’affaire du port de tenues musulmanes par les élèves dans les écoles de France polarise ces derniers jours le débat, avec notamment l’affaire du lycée de Nanterre, voilà que des médias rapportent qu’une lycéenne musulmane de Caen s’est vue attaquée d’une manière « choquante » pour ses convictions religieuses. La jeune lycéenne, pensionnaire de l'internat du lycée Jean Rostand de Caen, a été choquée lorsqu’elle découvre jeudi 13 octobre dans sa chambre son coran déchiré et son voile dans la poubelle, rapporte ce samedi plusieurs médias, citant le proviseur de l’établissement.

Dans un email adressé vendredi 14 octobre 2022 aux lycéens et parents d’élèves, le proviseur du lycée Rostand de Caen (Calvados) parle « d’un acte indigne ». Sébastien Duval-Rocher explique que, jeudi 13 octobre, « une personne a porté atteinte aux convictions religieuses d’une des élèves ». « Elle a été choquée, mais surtout blessée par cette attaque qui vise sa religion », indique le proviseur de l'établissement dans une déclaration à France 3. « Mais heureusement que son intégrité physique n'a pas été atteinte », ajoute-t-il.

Acte islamophobe dans un lycée à Caen : la justice saisie

« J’ai été sidéré par ce qui s'est passé, mes collègues aussi. Nous sommes un lycée habitué à l'ouverture d'esprit et à la tolérance et nous acceptons toutes les confessions. C'est inadmissible qu'un élève vive ça », s’indigne le proviseur. Selon ce dernier, la jeune lycéenne et sa famille ne souhaitent pas s'exprimer et n'ont pas souhaité porter plainte  pour l’instant « dans une démarche d'apaisement, ils ne veulent pas que cette histoire prenne plus d'ampleur ».

Mais qui est derrière cet acte s’interrogent-on ? « Nous n'avons pas encore identifié l'auteur des faits, mais c'est forcément quelqu'un au sein du lycée qui a fait ça », selon le proviseur. Ce dernier espère trouver « le coupable pour avant tout discuter, comprendre et surtout mener avec l'individu en question tout un travail autour des questions sur la tolérance ».

Dans un communiqué diffusé vendredi 14 octobre 2022, la directrice académique du Calvados, Armelle Fellahi, a condamné des « faits d’atteinte aux convictions religieuses » dont a été victime cette lycéenne musulmane. « Les élèves internes ont la possibilité de pratiquer individuellement leur culte, par exemple dans leur chambre d’internat, qui relève de l’espace privé », écrit Armelle Fellahi. La directrice académique a saisi le Parquet de Caen, pour cette affaire, en vertu de l'article 40 du Code de procédure pénale.

Retour en haut
Partager via
Copier le lien