Les tristes histoires de migrants, dont Melilla est le sinistre théâtre, n'en finissent pas. Après le drame portant le nom de cette même ville survenu en juin 2022[1]Drame de Melilla : Le Maroc et l'Espagne responsables de la mort des migrants, selon une ONG, des migrants subsahariens continuent de prendre d'assaut ce « bout » européen en terre d'Afrique.

En effet, selon la Radio télévision espagnole (RTVE), « des centaines de migrants, pour la plupart soudanais, se rendent depuis des jours dans des villes proches de Nador pour tenter de revenir à Melilla, et des dizaines d'entre eux se rassemblent depuis vendredi sur le mont Gourougou près de la ville espagnole ». Selon des sources sécuritaires qui se seraient confiées à RTVE, « ces personnes se dirigent vers des villes comme Berkane et Oujda (à 80 et 130 kilomètres à l'est de Nador) depuis d'autres villes du Maroc et s'apprêtent à faire une nouvelle tentative de traversée vers Melilla ».

Melilla : affrontements entre migrants et forces de l'ordre

Les sources en question craignent que quelque 5000 personnes ne participent à cette mobilisation et que les choses ne dégénèrent comme ce fut le cas en juin dernier. D'ailleurs, l'agence de presse espagnole rapporte que « des témoins confirment des affrontements » entre une cinquantaine de migrants et des éléments des forces marocaines dans la même zone où s'est produite, le 26 juin, la tentative tragique menée par presque 2000 migrants subsahariens pour entrer à Melilla. La EFE a précisé que, lors de cette nouvelle opération, « les autorités marocaines ont été aidées d'un hélicoptère ».

La cause avancée de ces affrontements est la suivante : les migrants auraient jeté des pierres sur les agents qui tentaient de briser leur campement sur la montagne, où la police antiémeute marocaine s'est déplacée pour prêter main-forte aux agents en question. Ce qui est à craindre est que le scénario qui a causé la mort de quelque 23 personnes en juin dernier se répète.