Le drame des migrants subsahariens survenu le 24 juin au niveau de la frontière de Melilla avec le Maroc continue d'occuper les débats, que ce soit au Maroc ou en Espagne. Cette fois, c'est un député de la Gauche républicaine de Catalogne qui s'est exprimé en plénière pour accuser les forces de sécurité marocaines d'avoir tué 23 migrants.

En effet, selon le député espagnol Gabriel Rufián, les migrants subsahariens qui ont lancé l'assaut contre le mur de clôture entre Nador et Melilla ne sont pas morts dans la bousculade ou dans des chutes de la hauteur du mur, mais ils ont été tués par balles par les éléments des forces de sécurité du Maroc. Le parlementaire espagnol dément, de ce fait, l'idée de bousculade et d'accident défendue par les autorités marocaines et espagnoles.

Devant le président du gouvernement espagnol Pedro Sanchez, Gabriel Rufián n'a pas hésité à poser sur le pupitre trois balles de couleur rouge. Il fera savoir que c'est sa camarade qui les a ramassées au niveau de la frontière entre Nador et Melilla. Pour lui, ce sont des balles utilisées lors de l'assaut des migrants le 24 juin. Et c'est ce qui lui fait dire que les migrants morts lors de ce drame ont été assassinés par les policiers marocains.

Pedro Sanchez aurait réprimandé le député Gabriel Rufián

Selon Maroc Hebdo, un média proche des autorités marocaines, le président du gouvernement espagnol a réprimandé le député en question, notamment pour avoir exposé ainsi les balles rouges des services de sécurité du Maroc. La même source ajoute que la présidente de la même Assemblée a également exprimé son mécontentement devant le geste du député catalan.

Pour rappel, une tentative de traverser la frontière entre le Maroc et l'enclave espagnole de Melilla, par des centaines de migrants subsahariens, s'est terminée dans un bain de sang, le 24 juin 2022. 23 morts ont été recensés par les migrants, selon les autorités marocaines contredites par certaines ONG qui avancent des chiffres plus élevés[1]Drame de Melilla : L’ONU accuse le Maroc et l’Espagne et convoque une réunion.

Selon la version officielle, des deux côtés de la frontière, les victimes seraient mortes en chutant du mur de clôture ou dans la bousculade qui a suivi la répression de l'assaut[2]Tragédie de Melilla : L’Europe demande des explications au Maroc. C'est cette version qu'est venu contester le député espagnol, qui accuse le Maroc d'avoir assassiné les migrants subsahariens.