L'imam Hassen Chalghoumi a été menacé de mort à plusieurs reprises en France. Cet imam est très controversé surtout dans les milieux radicalistes. Ces données font que cet imam est sous protection. Le 20 octobre un homme armé d'un couteau a été interpellé au sein de la mosquée de Drancy. Les enquêteurs ont alors vite fait le lien avec cet imam qui était présent dans l’édifice religieux. Hassen Chalghoumi a donc été mis en sécurité par les policiers chargés de sa protection.

Les faits remontent au 20 octobre dans l'après midi. Un témoin aperçoit, aux abords de la mosquée de Drancy, un homme portant un couteau dépassant de sa poche. Il a rapidement alerté la police alors que l'homme armé se dirige et pénètre dans l'édifice religieux. Un édifice ou était présent au même moment l'Imam de Drancy, Hassen Chalghoumi.

Les policiers, par mesure de sécurité, ont ainsi évacué et mis à l'abri l'imam dans une pièce. « Je suis resté dans mon bureau. L’individu aurait pu foncer sur moi et aurait pu faire d’autres victimes », a raconté l'imam au journal Actu.fr

Les policiers ont également interpellé le suspect en pleine prière. Ils ont découvert sur lui un couteau d'une trentaine de centimètres. Les premiers éléments de l'enquête ont révélé que le suspect serait un sans-domicile fixe de 42 ans de nationalité algérienne. Il a été placé en garde à vue pour port d’arme de catégorie B, a indiqué le parquet de Bobigny.

Suite à cet incident considéré par plusieurs observateurs comme une tentative d'assassinat de l'imam, le ministre de l'Intérieur a fait part de son soutien à l'iman sur Twitter. Il faut souligner que Hassen Chalghoumi est à la tête de la mosquée de Drancy. Cet imam est la cible de menaces de morts et de compagnes de haine. Certains cercles le condamnent pour ses position par rapport au dialogue qu'il prône avec les autres religions et particulièrement avec le judaïsme. Il vit sous protection policière 24 heures sur 24. Il faut souligner également que le commissariat de Drancy est chargé de l'enquête. Le suspect est en garde à vue. Les enquêteurs veulent connaître quelles étaient ses véritables intentions.